Plusieurs raisons militent en faveur de l’intégration de systèmes de contrôle sur les lignes de conditionnement de médicaments. Notamment la multiplication des sites dédiés avec des productions en grandes séries réalisées à hautes cadences qui ne peuvent se satisfaire d’un contrôle visuel humain, et toujours plus d’exigences en matière de sécurité. En France, en 2004, 28% des rappels de lots étaient liés à des problèmes de conditionnement, nous a précisé l’Afssaps. Un chiffre élevé qui confirme le rôle fondamental de tels systèmes qui garantissent la précision et la qualité des emballages pharmaceutiques. Au-delà des risques sanitaires, les rappels de lots entraînent des préjudices financiers et des déficits d’image que les laboratoires pharmaceutiques ne peuvent ignorer, souligne Romaco. Outre les contrôles d’absence/présence des produits (gélules, comprimés, capsules molles, seringues, ampoules…) et de la notice, les vérifications actuelles portent sur l’ensemble du process de production : contrôle de l’impression et de la lisibilité du code-barres à la fois sur les blisters, sur la notice et sur les étuis, indique IMA qui précise que les premiers contrôles se font sur la blistéreuse (formation du blister, alimentation en produit, scellage) puis sur les autres matériels (étuyeuse, étiqueteuse, suremballeuse). La ligne de blisters intégrée Noack T6 de Romaco a pris en compte le problème du rappel de lots, et assure le contrôle total du conditionnement avec des caméras couleur haute résolution (définition supérieure au Méga pixel) de la division Laetus de Romaco. «Hier on parlait de contrôle mono-point réalisé à l’aide d’une seule caméra, aujourd’hui on parle de réseau de caméras qui effectuent chacune un contrôle spécifique, explique la société. La tendance est même aux systèmes ouverts et aptes à communiquer avec les systèmes de gestion de production via un réseau local, ajoute-t-elle. Les interfaces logiciels sont aussi plus ergonomiques, et la puissance des PC industriels permet d’augmenter ainsi la capacité des contrôles qui deviennent plus précis, tout en restant simples» ajoute Romaco. «Notre division Laetus propose une technologie de pointe avec ses différents systèmes de vision pour le contrôle du conditionnement sur ligne blisters» estime le constructeur. Le Polyphem 40wt, système de vision couleur, assure le contrôle de remplissage des blisters, quel que soit l’application tandis que la BCAM 600 qui cohabite avec, contrôle les mentions variables.

télécharger le document

Cet article vous a intéressé. Vous souhaitez lire la suite : Cliquez ici pour vous abonner : ABONNEMENT