Les deux organismes tiennent à rassurer les consommateurs, suite à l’étude récemment publiée par l'Université Goethe de Francfort, et reprise notamment par Le Figaro. Les deux organismes appellent à raison garder, en apportant un certain nombre de précisions face à des résultats « qui tendraient à prouver que le PET (Polyéthylène Téréphtalate), plastique utilisé pour l'embouteillage de l'eau, aurait des effets néfastes sur la santé humaine ». PlasticsEurope et Elipso rappellent, tout d’abord, que les autorités sanitaires allemandes confirment l'innocuité du PET. « Tant la méthode que les résultats de l'étude, menée par l'Université Goethe de Francfort, ont été vivement contestés par le BfR (Institut fédéral allemand d'évaluation des risques pour les consommateurs), précisent les deux organismes. L’Institut vient de réaffirmer que "au regard des résultats de l'étude il n'y a pas du point de vue du BfR de nécessité pour le consommateur de renoncer à l'eau minérale en bouteille PET au profit des bouteilles en verre", disent-ils.
“L'accusation, selon laquelle le PET libèrerait des perturbateurs endocriniens dans l'eau, est d'autant plus douteuse que l'étude a montré que des niveaux similaires d'activité hormonale avaient été détectés dans des eaux - de même marque - contenues dans des bouteilles en verre, poursuivent PlasticsEurope et Elipso. Les résultats montrent des écarts importants entre les différentes marques d'eau en bouteille, testées indépendamment de leur contenant. L'origine des eaux expertisées, leur process de conditionnement, bien plus que leur contenant, pourraient donc être un facteur de contamination. Surtout, l'étude a été incapable d'identifier précisément quelle(s) étai(en)t la(es) substance(s) à incriminer. Il est donc impératif d’identifier les perturbateurs endocriniens à mettre en cause et de comprendre leurs possibles voies de contamination. C’est pourquoi le BfR préconise des études complémentaires » ajoutent PlasticsEurope et Elipso qui se disent pleinement en phase avec cette proposition. Et ils réaffirment que « le PET est un matériau sûr, apte au contact alimentaire. Connu, expertisé et utilisé depuis plus de trente ans, il s’avère être un matériau d’emballage particulièrement sûr en contact alimentaire avec l’eau, les boissons en général et autres aliments. Il est conforme aux exigences de la directive européenne 2002/72 sur les plastiques en contact alimentaire qui est certainement une des plus exigeantes au monde».

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support