La capacité à innover pour les nouveaux marchés doit donc reposer sur une connaissance approfondie des habitudes, des besoins et des critères de préférence des consommateurs chinois, indiens ou brésiliens, estime le groupe. Afin de placer le consommateur au «cœur» de sa Recherche & Innovation, L’Oréal a décidé de créer une Direction Internationale «Etudes et Consumer Insights», ainsi que des Hubs R&I régionaux, comme la Direction R&I Asie.

L’innovation doit se concevoir là où sont les consommateurs. Partir des habitudes des consommateurs à un endroit donné pour développer une innovation, ainsi peut-on définir le concept de «design to value».
Produit emblématique en Inde, le kajal, à l’origine un produit de soin utilisé pour les yeux, illustre ce phénomène. Ce produit est une source d’inspiration pour développer des produits répondant non seulement aux attentes de Beauté des femmes indiennes, mais également aux consommatrices des autres régions du monde. Cet exemple démontre que l’innovation passera par l’association de la proximité des marchés (observation des gestes, des produits emblématiques, des habitudes culturelles) et de la connaissance profonde de la biologie et de la physiologie de la peau et des cheveux.

Enrichir notre capacité d’innovation
L’explosion de la génomique, les progrès sur les cellules souches, la biphotonique, les peaux reconstruites... sont autant de domaines technologiques et scientifiques sur lesquels les avancées du Groupe lui permettent d’accroître sa connaissance, d’identifier de nouvelles cibles cellulaires, de décrypter toujours mieux les mécanismes du vieillissement (peau comme cheveu), de prédire plus tôt, plus efficacement.
Les anti-transpirants, les peaux grasses constituent des enjeux stratégiques pour les nouveaux marchés. Dans la plupart de ces pays, la sueur et la peau grasse forment un «tout» et sont intimement liées pour des raisons de climat, d’habitudes alimentaires et de physiologie, explique L’Oréal.

Efficacité perçue et évaluation prédictive
La Beauté de demain sera aussi une Beauté Active, et l'innovation est plus que jamais basée sur l'efficacité perçue par le consommateur, et démontrée par la preuve scientifique et clinique.
La notion et la perception de la performance ne sont pas figées et avancent en continu. Par exemple, la qualité de la mousse d’un shampooing ou d’un gel douche n’est pas du tout appréciée de la même façon selon les cultures. Pour répondre à la diversité de ces attentes, il s’agit d’associer des méthodes d’évaluation instrumentales qui mesurent l'efficacité clinique, à des évaluations objectives des performances sensorielles et émotionnelles des produits (imagerie cérébrale, «eye tracking» ou cartographies sensorielles…) estime L. Attal.
Prédire plus tôt et plus efficacement est donc un enjeu clé qui doit s’appuyer sur la connaissance du contexte culturel, des gestes, de l’alimentation, du climat… mais aussi sur la connaissance intime de la structure de la peau et de la compréhension de ses mécanismes, souligne L’Oréal.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support