Dans un courrier du 9 novembre 2015, foodwatch a communiqué à Auchan «les résultats des tests» et attiré «son attention sur les produits du groupe Auchan, contaminés par des MOAH».
L’ONG, qui demandait aussi au distributeur de «s’engager à prendre des mesures efficaces pour protéger les consommateurs (…)», l’a relancé par email début décembre 2015.

Auchan dit avoir répondu à foodwatch par courrier en décembre 2015.
L’ONG qui ne l’a pas reçu (voir celui que l’ONG vient d’adresser à Auchan) demande aujourd’hui avec le RES-Réseau Environnement Santé, le retrait au motif que «ces lentilles corail présentent ou sont susceptibles de présenter un danger pour la santé publique ou la sécurité des consommateurs, comme le prévoit le Code de la consommation». L’ONG nous a précisé qu’elle avait choisi, dans un premier temps, cette action «en espérant que cette démarche administrative portera ses fruits».

Nous avons demandé copie de ce courrier de décembre à Auchan ; le distributeur nous a indiqué «en substance» ce qu’il contenait :
• «Nous avons diligenté des vérifications auprès de nos fournisseurs des produits cités pour étudier les actions correctives possibles».
• «Nous renforçons progressivement les prescriptions de nos cahiers des charges afin de réduire la présence des huiles végétales. De nouvelles solutions de packaging seront mises en place au cas par cas».
• «L'étude confirme la nécessité d’une évolution de l’encadrement réglementaire. C’est avant tout aux Pouvoirs Publics de mieux encadrer réglementairement l'origine des matériaux recyclés dans la production de packagings alimentaires».
• «Suite à la publication du rapport la FCD (Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution dont Auchan est membre) a donc sollicité les représentants de la filière carton pour leur demander un partage des actions mises en œuvre sur le sujet en collaboration avec l’industrie agroalimentaire. De même, la FCD a contacté la Commission européenne pour demander une évolution de l’encadrement réglementaire portant sur ces huiles minérales».

Le 14 avril, Auchan a publié un communiqué sur la substitution de l’ancien emballage incriminé par un nouvel emballage en carton fibres vierges.

Au regard de son enquête de 2015, nous avons également demandé à foodwatch si, elle envisageait en France des actions identiques à celles d'Auchan. «Nous avons reçu de nombreuses réponses de la plupart d’entre eux, mais aucun à ce jour n’a pris d’engagements suffisants» nous a-t-elle précisé en ajoutant qu’elle «continuera à mener des actions pour faire en sorte que des mesures efficaces soient véritablement prises dès que possible, y compris par les pouvoirs publics».

L’ONG, qui note «que de telles barrières (par exemple une couche protectrice qui bloque ou absorbe la migration des substances à risque dans les aliments) existent et sont déjà utilisés par certains fabricants, va continuer de demander aux sociétés concernées de :
• «retirer des rayons et rappeler les produits dont les tests ont révélé une contamination par les MOAH».
• «s’engager à mettre en place des barrières fonctionnelles pour tous les emballages alimentaires en papier et en carton, entre autres mesures».

Est-ce que, dans les autres pays où elle a mené son enquête, l’ONG a reçu de la part des sociétés concernées une réponse satisfaisante ? Et dans le cas contraire, envisage-t-elle des actions similaire à celle menée pour Auchan ?
«Les informations récoltées montrent que les acteurs de l’industrie agro-alimentaire se mobilisent sur cette question et prennent des mesures, notamment en Allemagne» nous a répondu foodwatch qui précise, «là encore toutefois, seulement une entreprise a pris formellement un engagement suffisant : Aldi Sud (lettre traduite par foodwatch)».

Face à cette problématique des huiles minérales MOSH et MOAH, des fournisseurs proposent des solutions de substitution. Nous invitons les internautes à inscrire dans la case Rechercher à droite de la rubrique e-bonus/actualité de notre site : «huiles minérales».

Nous avons sollicité les instances professionnelles concernées (emballage papier/carton), FCD et les instances européennes (voir article ci-dessous). Nous ne manquerons pas de communiquer sur la poursuite des actions déjà engagées.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support