Préparée sous la direction de Julien Bras, Maître de Conférences, et la co-direction d'Aurore Denneulin, Maître de Conférences (LGP2, Grenoble INP-Pagora), Fanny Hoeng a présenté sa thèse de doctorat à l'Université Grenoble Alpes (spécialité Matériaux, Mécanique, Génie Civil, Électrochimie).

Cette thèse CIFRE, réalisée en collaboration avec la société Poly-Ink, vise à développer de nouvelles encres à base de nanofils d'argent et de nanocellulose pour des applications conductrices et transparentes. Les nanocelluloses, nanoparticules issues de la cellulose, sont de deux types : les nanocristaux de cellulose (NCC) et les nanofibrilles de cellulose (NFC) et possèdent des propriétés bien spécifiques.

Ce travail a consisté, d'une part à utiliser la forme tubulaire et rigide des NCC pour produire des nanotubes d'argents par synthèse chimique, avant leur formulation en encre et, d'autre part, à utiliser les propriétés d'enchevêtrement des NFC flexibles pour stabiliser des nanofils d'argent commerciaux, habituellement instables en suspension.

Les divers résultats de ce projet ont permis d'aboutir à la formulation brevetée et à la commercialisation d'une encre conductrice à base d'une faible quantité d'argent et de NCC et de deux encres conductrices et transparentes à base de NFC et de nanofils d'argent. Les interactions physico-chimiques et la stabilité colloïdale de ces suspensions hybrides ont été étudiées de manière fondamentale, tout en développant des formulations adaptées à divers procédés d'impression, que ce soit à l’échelle laboratoire mais aussi industrielle.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support