Si la Terre comporte six ressources naturelles primaires - l’Eau, l’Air, le Pétrole, le Gaz Naturel, le Charbon et les Minéraux, explique le BIR, il en existe une septième qui peut être utilisée encore et encore, parfois indéfiniment : les biens recyclables, à savoir les métaux, les textiles, le papier, le plastique et de nombreux autres.

Le nouveau concept de «Septième ressource» (Recycling : the Seventh Resource Manifesto) présente la vision et la mission de la première Journée mondiale du recyclage qui aura donc lieu le 18 mars prochain.

Texte Alternatif

L’organisation internationale du recyclage demande aux leaders mondiaux de la planète de reconnaître que le recyclage est une question d’une importance cruciale qui doit être envisagée au niveau mondial. Et que cette Journée mondiale du recyclage soit considérée comme un jour de changement.

Les sept engagements sont :

- Mettre en œuvre et renforcer les accords internationaux qui font la promotion du recyclage et en négocier de nouveaux si nécessaire.
- Soutenir et promouvoir le commerce durable des produits recyclables entre entreprises respectueuses de l’environnement à travers le monde.
- Former le public sur la nécessité absolue du recyclage en intégrant toutes les couches de population.
- Convenir d’un langage commun sur le recyclage (mêmes définitions, mêmes messages).
- Faire du recyclage une question communautaire, et soutenir les initiatives qui aident les ménages et les entreprises à rapporter les produits de la Septième ressource en vue de leur reconversion.
- Agir auprès de l’industrie pour encourager une «conception intégrant le recyclage» et la réutilisation des produits : réduction des déchets et intégration de la fonctionnalité «fin de vie» dès le stade de conception.
- Soutenir l’innovation, la recherche et les initiatives qui encouragent de meilleures pratiques de recyclage.

La rédaction du Manifeste a été dirigée par Ranjit Singh Baxi, président du BIR et soutenu par le docteur Katharina Kummer Peiry, ancienne secrétaire exécutive de la Convention de Bâle, et par Philippe Chalmin, professeur en histoire économique à l’université Paris-Dauphine.

La contribution annuelle du secteur du recyclage au PIB mondial devrait dépasser les 400 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, et la planète commence seulement à réellement appréhender le pouvoir de la Septième ressource, indique le BIR.

«Mon objectif, lorsque j’ai envisagé une Journée mondiale du recyclage qui est maintenant une réalité, était de montrer au monde que nous disposons d’une Septième ressource, aussi viable du point de vue économique et plus durable que les six principales ressources primaires» explique Ranjit Baxi.

La Journée mondiale du recyclage, qui est une initiative du BIR. a été annoncée par son président Ranjit Baxi, lors de l’inauguration de sa présidence du BIR au congrès mondial du recyclage à Dubaï en 2015. L’année 2018 marque le 70e anniversaire du BIR qui a été fondé le 18 mars 1948.

La toute première Journée mondiale du recyclage veut être un jour d’actions, visant à adopter une approche mondiale en faveur du recyclage, appelant les leaders mondiaux, les entreprises internationales, les communautés et les personnes à prendre sept engagements clairs dans leur approche du recyclage. Les consommateurs sont également invités à se questionner à propos du recyclage et à y réfléchir autrement.

En France, Federec, membre du BIR est le syndicat professionnel des entreprises du recyclage. Créée en 1945, il fédère 1 300 entreprises de recyclage, de la TPE au grand groupe, répartis sur l’ensemble du territoire français et dont l’activité consiste à la collecte, le tri, la valorisation matière des déchets industriels et ménagers ou le négoce/courtage de matières premières de recyclage.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support