L’Union européenne a pour objectif commun de recycler au moins 55% des déchets ménagers d'ici à 2025. Cet objectif passera à 60% d'ici à 2030 et 65% d'ici à 2035. Le texte renforce également les dispositions de l’UE relatives à la prévention des déchets et à la responsabilité élargie du producteur, et clarifie les définitions, les obligations de déclaration et les méthodes de calcul des objectifs.

Concernant les emballages, l’objectif est de recycler 65% des déchets dérivés des emballages d'ici à 2025, 70% d'ici à 2030 avec des objectifs différents pour chaque matériau comme l’indique le tableau ci-dessous :

Texte Alternatif

Des objectifs qui, à l’exception des papiers et cartons, ont été revus à la baisse par rapport aux objectifs de certaines propositions.

A ces objectifs, s’ajoute celui de la réduction de la mise en décharge fixé à 10% du total des déchets ménagers d'ici à 2035.

Autre objectif pour les biodéchets : d'ici 2024, les déchets biodégradables devront également être collectés séparément ou recyclés à domicile par compostage.

Même si la gestion des déchets dans l’UE s'est fortement améliorée ces dernières décennies, près d'un quart des déchets ménagers est encore mis en décharge et selon les statistiques 2016, 47% des déchets ménagers générés dans l’Union européenne sont recyclés ou compostés.

Texte Alternatif

La gestion des déchets varie toutefois fortement d’un État membre à un autre et certains pays ont encore recours aux sites d'enfouissement pour se débarrasser d'une grande partie de leurs déchets ménagers.

La mise en décharge des déchets n’est presque plus pratiquée dans le nord-ouest de l’Europe (Belgique, Pays-Bas, Danemark, Suède, Allemagne, Autriche, Finlande) où l’incinération et le recyclage sont privilégiés. L’Autriche et l’Allemagne sont également les champions européens du recyclage.

Le Paquet définit également des exigences générales pour les régimes de responsabilité élargie des producteurs-REP (voir aussi ci-dessous la position de Europen). Et prévoit notamment de moduler les contributions financières versées par les producteurs aux systèmes de REP en fonction des coûts nécessaires pour traiter leurs produits en fin de vie. Des instruments économiques devraient être mis en œuvre pour fixer la hiérarchie des déchets, prévenir la production de déchets.

Réduire le gaspillage alimentaire de moitié. Les États membres devraient s'efforcer de réduire les déchets alimentaires de 30% d'ici 2025 et de 50% d'ici 2030. Afin de prévenir le gaspillage alimentaire, ils devraient prévoir des mesures d’encouragement pour la collecte des produits alimentaires invendus et leur redistribution sûre. La sensibilisation des consommateurs à la signification des "dates limites d'utilisation" et de "péremption" devrait également être améliorée, estiment les députés.

«Avec ce paquet, l'Europe s'engage fermement en faveur d'un développement économique et social durable, qui intégrera enfin les politiques industrielles et la protection de l'environnement. Ce paquet contient également des mesures importantes en matière de gestion des déchets, mais va parallèlement plus loin en définissant des règles qui prennent en compte l'ensemble du cycle de vie d'un produit et qui visent à modifier le comportement des entreprises et des consommateurs. Pour la première fois, les États membres seront obligés de suivre un cadre législatif unique et partagé» a déclaré la députée en charge du dossier Simona Bonafé (S&D, IT).

Voir la vidéo

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support