Le concept de la société Jean Bouteille existe déjà : mettre à disposition dans les magasins de proximité des bouteilles vides pour les remplir à des fontaines (à huiles, vins, vinaigres, jus, savon ou lessive).

Texte AlternatifLe consommateur achète la bouteille 2€ (dont 1€ de consigne), en verre pour les vins et huiles, et en plastique recyclé pour le non-alimentaire.

Après l’avoir remplie, il a le choix de la conserver pour la réutiliser, ou de la ramener en magasin pour récupérer sa consigne.

La société Jean Bouteille achète les bouteilles auprès de deux distributeurs, la société Sofomec pour celles en verre, et la société Alpa Plastique, pour celles en plastique. «On peut réutiliser nos bouteilles 20 fois, mais en réalité, si l’on fait attention, leur durée de vie est plus importante» nous a précisé Gérard Bellet, fondateur de la société Jean Bouteille. Avec ce circuit du «Vrac liquide», «vous n’achetez que ce dont vous avez besoin, c’est-à-dire le contenu de votre bouteille» ajoute-t-il.

A partir d’un centre de stockage situé à Lille, Jean Bouteille fournit 500 enseignes, réparties en France, Allemagne, Belgique, Danemark et Luxembourg.

La société se charge elle-même du lavage des bouteilles récupérées (ou sous-traite l’opération en fonction de la quantité), qu’elle assure avec une station à Lille, et les réinsère ensuite dans le circuit. Avec une supply chain qui doit intégrer la production des bouteilles, leur distribution, la livraison chez Jean Bouteille, leur commercialisation auprès des magasins, leur récupération, leur lavage et leur réinsertion en magasin, Gérard Bellet estime «qu’en CO2, on est très bénéficiaire». Comment est calculé précisément ce bilan et que prend-t-il en compte ? G. Bellet ne nous a pas donné plus de détails, malgré notre demande.

Texte Alternatif Le fondateur souhaite pour 2019 élargir son offre de bouteilles vides et développer le concept du vrac pour la bière. «Les magasins se fourniront auprès de micro-brasserie de leur choix, donc ce sera artisanal et varié» dit-il.

Le prix européen de l’environnement pour les entreprises, initiative de la direction générale de l’environnement de la Commission européenne, récompense des entreprises qui combinent avec succès l’innovation, la compétitivité et une performance environnementale exceptionnelle.

Les prix sont décernés tous les deux ans et s’appuient sur une série de concours nationaux dans le domaine de l’environnement: seuls les lauréats, les finalistes et les entreprises spécialement félicitées dans les concours nationaux peuvent candidater pour l’attribution du prix européen.

Le concours 2018-2019 a reçu 161 candidatures provenant de 19 pays européens.

"Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support''