Texte AlternatifMichel Daunes, directeur gĂ©nĂ©ral de Romaco France, filiale du fabricant allemand de machines destinĂ©es Ă  l’industrie pharmaceutique, est catĂ©gorique : «le marchĂ© des blistĂ©reuses en France est mature. La plupart des modèles existent depuis longtemps et nous sommes plutĂ´t sur un marchĂ© de remplacement… mais avec l’objectif pour les industriels de rendre les lignes plus souples et flexibles». FlexibilitĂ© ! Tel semble ĂŞtre le maĂ®tre-mot de tous les constructeurs de ces appareils qui permettent la mise sous coque plastique de gĂ©lules ou de comprimĂ©s par le procĂ©dĂ© du thermoformage ou du scellage.

Texte AlternatifD’abord la flexibilité dans le changement de format. «C’est l’une des attentes fortes des laboratoires depuis que la tendance est moins aux lignes mono-produit, indique Hédi Tabaï, chef des ventes pour la France d’Uhlmann, l’autre spécialiste allemand de la filière. «Avant, les pièces de format étaient très lourdes. Pour notre nouvelle génération de machines - la gamme BEC (Blister Express Center) qui allie blistéreuse et étuyeuse - nous en avons développées d’extrêmement faciles à déplacer, et les plus légères qui soit, pour rendre le plus simplement possible un changement de produit». Cette flexibilité s’accompagne d’une plus grande rapidité dans l’opération. «Sur notre gamme BEC, le process est extrêmement court - autour de 30 minutes - car le changement se fait sans réglage. Ceux-ci sont effectués en usine et la machine les mémorise dans une recette. Celle-ci permet un changement sans outils. A présent, l’opérateur est en capacité à faire ce changement seul. Il a en mémoire sur son interface les données avec toutes les instructions. Nous pouvons donc davantage parler de paramétrages que de réglages».

Extrait de la revue n° 633 - Novembre 2018. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support