Texte AlternatifUn sleeve ne pèse que quelques grammes, mais étant en plastique, il fait tout de même l’objet de questionnements. «Nos clients commencent à poser des questions par rapport à la circulaire 2022. Ils veulent notamment savoir si nous avons des matériaux plus recyclables. Mais actuellement il existe très peu d’offres sur le marché : nous constatons en effet que les clients ne sautent pas le pas pour effectuer des tests matériaux. Il existe par exemple des manchons en PLA, mais ils ne se placent pas forcément mieux au niveau de la recyclabilité. Certes, cela véhicule une bonne éthique et diminue l’empreinte carbone, mais c’est à peu près tout» remarque Jean-Sébastien Filiber, chef de marché Manchon chez Stratus Packaging. La société teste actuellement le LDPET Clearfloat, dont la densité inférieure à 1 permet aux manchons fabriqués dans cette matière de remonter à la surface dans les bains de tri, et d’être donc plus facilement récupérés pour ensuite être broyés ou incinérés. «Nous recevons de bons signaux de nos donneurs d’ordre pour le LDPET, qui toutefois ne se rétracte qu’à 50%. C’est une donnée à prendre en compte lors de la création des manchons» ajoute-t-il.

Extrait de la revue n° 633 - Novembre 2018. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support