Texte Alternatif«Ces dĂ©chets sont aujourd’hui, selon la rĂ©gion, soit mis en dĂ©charge, soit incinĂ©rĂ©s pour produire de l’énergie, explique le chimiste, alors que le recyclage chimique offre une autre alternative : transformer ces matières plastiques en un gaz de synthèse ou de l’huile via des procĂ©dĂ©s de thermochimie. Les matières premières recyclĂ©es ainsi obtenues peuvent ĂŞtre utilisĂ©es comme intrants dans la production de plastique BASF, remplaçant en partie les ressources fossiles».

BASF développe d’ores et déjà des produits pilotes, comme par exemple des films pour emballages de mozzarella. Ces produits, soumis aux plus strictes exigences de qualité, d’hygiène et de contact alimentaire, sont fabriqués à partir des matières ChemCycling, qui présentent des propriétés identiques à celles de leurs homologues issues de ressources fossiles.

Texte AlternatifReste cependant Ă  satisfaire un certain nombre d’exigences technologiques et rĂ©glementaires avant de voir les rĂ©sultats du projet sur le marchĂ©. D’une part, les technologies de transformation des dĂ©chets plastiques en huile de pyrolyse ou gaz de synthèse recyclĂ©(e) existantes devront ĂŞtre perfectionnĂ©es et adaptĂ©es, de manière Ă  garantir une qualitĂ© Ă©levĂ©e et constante. D’autre part, les conditions d’adoption de cette approche sur chaque marchĂ© dĂ©pendront largement du cadre rĂ©glementaire rĂ©gional en vigueur. Il sera, par exemple, impĂ©ratif de dĂ©montrer que le recyclage chimique et l’établissement du bilan massique contribuent Ă  l’atteinte des quotas de matière recyclĂ©e fixĂ©s pour un produit, une application, prĂ©cise le chimiste. Prochaine Ă©tape pour BASF : mettre sur le marchĂ© ses premiers produits nĂ©s du projet ChemCycling.

Extrait de la revue n° 634 - Décembre 2018/Janvier 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support