Texte AlternatifAvec l’objectif de tendre vers 100% de plastiques recyclés d’ici à 2025, il va falloir mettre les bouchées doubles pour optimiser la collecte des plastiques.

Si cette optimisation passe, notamment, par l’extension des consignes de tri, comme l’attestent les chiffres, elle peut compter également sur les machines de collecte installées à proximité des enseignes de la grande distribution.

Aujourd’hui, 24 millions de Français bénéficient de l’extension des consignes de tri, 35 millions d’ici la fin de l’année. Et en 2022, tous les Français seront égaux devant la poubelle jaune. Un avantage certain pour le plastique avec de 2 kg de plus de pots, barquettes et films recyclés par habitant (1).

Quant aux machines de collecte des emballages, installées en général sur les parkings des grandes enseignes (parfois à l’intérieur du magasin), et dédiées pour la plupart aux seuls flacons et bouteilles en plastique, en 2017 Citeo en dénombrait 207 permettant de recycler 2 715 tonnes. Entre 2018 et début 2019, 60 nouvelles machines ont été installées en particulier dans des magasins de proximité en région parisienne et à Marseille, indique l’organisme. Si ce chiffre inclut les machines de Lemon Tri, cette société déclare à ce jour 80 machines (130 au total avec celles qui collectent d’autres emballages que les bouteilles plastique) et un volume à recycler de 380 tonnes de PET en 2018. Quant aux kiosques de collecte Ecobox installés par Auchan Retail France avec le partenariat de Cristalline (2), l’enseigne en déclare un peu plus de 60 millions de bouteilles collectées, soit 1500 t de PET recyclées depuis 2015.

Ces collectes, qualifiées de solidaires car gérées sur le mode de la rétribution du geste citoyen, doivent se multiplier selon la Secrétaire d’Etat à la Transition écologique, convaincue que ce tri, associé à des causes environnementales ou solidaires, est de nature à renforcer la mobilisation de chaque citoyen. Et du coup, «c’est plus d’emballages collectés, plus de recyclage, c’est moins de pollution de notre environ- nement et moins de pétrole importé» ajoute Brune Poirson.

Extrait de la revue n° 635 - Février 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support