Texte AlternatifLes problĂ©matiques du rouge Ă  lèvres sont spĂ©cifiques : c’est en effet le produit cosmĂ©tique le plus dĂ©licat Ă  conditionner en raison des interactions intimes entre la formule et le mĂ©canisme. Ce conditionnement nĂ©cessite en particulier une maĂ®trise de la thermique. Recharger un pack de rouge Ă  lèvres implique donc, en pratique, d’échanger une cartouche (mĂ©canisme et raisin), conditionnĂ©e au prĂ©alable en usine. «Un pack rechargeable prĂ©sente des contraintes supplĂ©mentaires qu’il faut traiter jusqu’au bout, en adoptant le point de vue de l’utilisateur. Le dĂ©fi est de concevoir un système simple et intuitif de remplacement de la cartouche - tout en restant cohĂ©rent avec l’image du luxe. Contrairement Ă  ce qui se pratique dans le parfum, les marques n’ont - pour l’instant - pas fait le choix de proposer Ă  la consommatrice un service de recharge en boutique.

Texte AlternatifElle doit donc le faire elle-mĂŞme. Les marques offrent des solutions plus ou moins abouties. La Bouche Rouge par exemple propose un système de recharge bien conçu, aimantĂ©, avec un joli bruit. Cependant, le mĂ©canisme standard utilisĂ© prĂ©sente un aspect « mĂ©canique » peu esthĂ©tique lors de la manipulation. La marque Serge Lutens va plus loin, avec une cartouche spĂ©cifiquement conçue pour la recharge, entièrement gainĂ©e de mĂ©tal : elle constitue un bel objet en soi, qui renforce l’image de luxe de la maison» analyse GĂ©rald Martines, consultant fondateur de sa sociĂ©tĂ© In-Signes, après 30 ans d’expĂ©riencedans des groupes majeurs de l’emballage.

En adoptant le concept du rechargeable - plutôt que d’un objet jetable - et en investissant un peu plus dans l’emballage, «les marques du luxe vont pouvoir s’exprimer vraiment au niveau de la conception, en utilisant des matériaux nobles et une conception soignée, tout en étant plus vertueuses sur le plan environnemental. Le coût plus élevé d’un habillage rechargeable sophistiqué va pouvoir s’amortir sur un grand nombre d’utilisations. La marque peut même choisir de vendre l’habillage séparément, renforçant le message de durabilité» ajoute-t-il.

Extrait de la revue n° 637 - Avril 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support