Texte Alternatif«C’est-à-dire la possibilité de réimprimer sur la dorure à froid, ce qui n’est pas possible avec la dorure à chaud. Les clients veulent voir l’aspect «brut» de la matière, ils veulent voir du blanc papier et non un blanc couvrant sur un complexe polyester métallisé» précisent-ils.

L’impact écologique positif de la dorure à froid est également un véritable atout, selon les dirigeants. «Il y a une vrai volonté de réduire le plastique» confirme J. Allain. «Notre configuration Koenig & Bauer Vinfoil Optima nous permet de déposer la dorure à froid à l’endroit précis sans gaspillage».

Installée sur une Koenig & Bauer Rapida 106, le procédé permet d’avoir des ennoblissements en amont et un maximum de couleurs pour la réimpression en aval. Les 24 groupes de la machine sont repartis sur deux presses dans des configurations assurant tout type d’application en impression UV, que ce soit pour une boîte agroalimentaire, un étui cosmétique ou un coffret spiritueux. «Beaucoup d’emballages pour ces segments s’impriment sur un complexe polyester et sont embellis par la dorure à chaud, explique J. Allain. Compléter cette offre par la dorure à froid était donc une étape tout à fait naturelle».

Extrait de la revue n° 637 - Avril 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support