A l’heure oĂą ses acteurs multiplient les initiatives pour dessiner des boucles de recyclage de plus en plus efficaces, intĂ©grer chaque jour davantage de matières recyclĂ©es dans leurs produits et amĂ©liorer leurs process industriels dans le but de rĂ©duire leur empreinte environnementale, le projet de loi Ă©conomie circulaire, dont l’annonce est imminente et qui sera prĂ©sentĂ© au conseil des ministres le 3 juillet prochain, est très attendu. Il risque, sous l’effet de ce nouveau prisme «vert», d’accentuer le principe de responsabilitĂ© du producteur. Car si beaucoup se fĂ©licitent des engagements pris par la filière, certaines voix s’élèvent pour regretter qu’en France «on initie beaucoup de projets, sans aller jusqu’au bout de la dĂ©marche». Pour exemple : l’absence de filières organisĂ©es de tri pour les dĂ©chets industriels et commerciaux, ou de solutions adaptĂ©es aux dĂ©chets organiques. Compost, mĂ©thanisation ou encore incinĂ©ration sont loin d’avoir trouvĂ© leur place dans «l’esprit collectif» français. A tort ? Ils sont, pourtant, largement pratiquĂ©s dans les pays nord europĂ©ens, et s’avèrent ĂŞtre autant de pistes complĂ©mentaires au recyclage sur lesquelles se pencher. Le retour de la consigne en est une autre. Le lancement officiel de Loop, une plateforme de vente en ligne de produits de grande consommation dans des emballages consignĂ©s et rĂ©utilisables, en partenariat avec Carrefour (voir e-bonus du 17 mai 19), a remis au goĂ»t du jour un système rĂ©volu, mais pourtant massivement rĂ©pandu en Allemagne.

Signe fort des futurs enjeux auxquels devront s’attaquer les industriels, le prochain grand rendez-vous du plastique et du caoutchouc, la K 2019 qui se tiendra Ă  DĂĽsseldorf du 16 au 23 octobre prochains, a prĂ©vu l’organisation d’une plateforme spĂ©ciale «Plastics shape the future» en partenariat avec Plastics Europe. Et ne cache pas s’attendre Ă  la prĂ©sence d’ONG pro-environnementales en attente de discussion et d’engagements forts de la part des industriels. Des ONG de plus en plus prĂ©sentes dans le paysage mĂ©diatique, se positionnant comme les porte-paroles d’une sociĂ©tĂ© dĂ©sormais Ă©co-consciente et consom’actrice. Dans une rĂ©cente interview de Geoffroy Roux de BĂ©zieux, prĂ©sident du Medef, donnĂ©e Ă  l’Usine Nouvelle, celui-ci constatait sans dĂ©tour : «leur place est majeure. Les ONG ont acquis une influence sur l’opinion, sur les consommateurs, sur nos collaborateurs dont l’impact est parfois plus fort que celui de certains syndicats». Le ton est donnĂ© !

Extrait de la revue n° 638 - Mai 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support