Texte AlternatifLes consommateurs sont toujours plus friands de nouveaux produits alimentaires. Pour les industriels, les renouvellements de gammes et de conditionnements imposent toutefois une «flexibilisation» de l'outil de production difficilement compatible avec les équipements conventionnels. L'une des solutions est de robotiser certains postes, notamment pour les tâches pénibles et/ou répétitives, mais bien des PME se heurtent alors à des difficultés soit techniques (développement de l'application, études de sécurité, etc.), soit économiques.

Des Ă©cueils qu'Adrien Poinssot, directeur commercial France d’Universal Robots, se fait fort d'Ă©viter Ă  ses clients utilisateurs des robots collaboratifs (cobots) UR3 (charge de 3 kg, rayon d'action de 500 mm), UR5 (5 kg, 850 mm), UR10 (10 kg, 1300 mm) et enfin e-Series (les mĂŞmes mais avec une meilleure rĂ©pĂ©tabilitĂ©, des capteurs de force et de couple intĂ©grĂ©s ultraprĂ©cis ainsi qu'une interface tactile plus intuitive) : «les cobots Universal Robots, en plus d'ĂŞtre accessibles Ă  tous les budgets, ont vocation Ă  travailler Ă  cĂ´tĂ© des femmes et des hommes dans les ateliers, Ă  les aider Ă  produire plus efficacement, mais sans les remplacer, prĂ©vient-il. Et leur programmation est possible par les opĂ©rateurs eux-mĂŞmes moyennant une courte formation en ligne via l'Universal Robots Academy».

Dans l'agroalimentaire, les tâches confiées aux cobots peuvent aller du process (fermeture de bocaux, pick & place d'ingrédients, mise de salades en sachets, etc.) aux fins de lignes (formage et chargement de cartons, dépose d'étiquettes, mise en caisse, palettisation, etc.) en passant par l’approvisionnement des machines. Pour autant, beaucoup d'utilisateurs potentiels hésitent encore à franchir le pas. En tant que leader avec 58% du marché et 34 000 cobots installés dans le monde (tous secteurs confondus), Universal Robots s'efforce «d'évangéliser» les industriels au moyen d’événements dédiés dont le plus marquant a sans doute été le congrès WeAreCOBOTSqui s'est tenu les 8 et 9 mai dernier à Madrid autour de 25 exposants (équipementiers, centres de recherche, intégrateurs, etc.) et de 40 experts. «L'idée était de montrer, aux quelques 2 000 participants, toute la richesse de notre écosystème technique, un peu dans l'esprit de ce que nous faisions déjà sur le web avec la plate-forme UR +, qui rassemble les logiciels et accessoires (préhenseurs, caméras, etc.) de nos partenaires certifiés, mais en live cette fois, avec des conférences», résume Vincent Chavy, directeur marketing pour l'Europe du sud.

Extrait de la revue n° 639 - Juin 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support