Texte Alternatif

Au travers de plusieurs actions :

• Rapporter au magasin son flacon vide de parfum pour bénéficier de bons de réduction en point de vente (exemple : Sephora). En 2017, plus d’un million de flacons de parfums ont ainsi pu être recyclés. Soit plus de 53 tonnes de CO2 économisés.
• Promouvoir l’écorecharge de produits cosmétiques. En 2018, cette initiative a permis à L’Occitane d’économiser 124 tonnes de matière plastique. L’objectif d'ici 2025 : 100 % de ses produits en plastique recyclé, et l’élargissement de son programme TerraCycle à l’ensemble de ces magasins.
• Créer des gestes « ressource » en magasin. A l’instar du groupe Clarins, qui dès 1992 a développé une fontaine à parfum « La Source Mugler », permettant d’obtenir 5 à 6 réemplois par flacon. Cette mesure a permis d’économiser notamment plus de 22 millions de bouteilles.
• Informer sur les gestes de tri car les produits cosmétiques sont les moins bien triés malgré des campagnes de sensibilisation CITEO/FEBEA. Le site Garnier du groupe L’Oréal diffuse sur son site Internet de nombreux conseils sur les gestes simples de tri à effectuer au quotidien. Des changements de comportement permettant par exemple d’économiser jusqu’à 50 % d’eau consommée en moins.

Ces bonnes pratiques visent à promouvoir de nouveaux modes de production et de consommation plus responsables pour la planète, avec pour objectif de minimiser l’impact environnemental lié à la fabrication et à la consommation de produits cosmétiques.

Pour rappel, la FEBEA a édité en mars 2018 son 1er livre blanc sur l’économie circulaire dans le secteur cosmétique avec les 120 bonnes pratiques de 57 marques cosmétiques.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support