Texte AlternatifSuite Ă  l’adoption de la directive sur les plastiques Ă  usage unique, les contenants pour boissons d'une capacitĂ© maximale de trois litres (bouteilles et emballages composites) ne pourront ĂŞtre mis sur le marchĂ©, Ă  partir de 2024, que si leurs bouchons et couvercles restent attachĂ©s au corps principal du rĂ©cipient lors de la phase d'utilisation prĂ©vue des produits. Selon une Ă©tude menĂ©e par Pricewaterhouse Coopers en 2018 pour le compte l’Unesda (regroupant les associations europĂ©ennes de producteurs de boissons) et l’EFBW (la fĂ©dĂ©ration europĂ©enne des eaux embouteillĂ©es), le coĂ»t de la mise en conformitĂ© Ă  la lĂ©gislation pour les acteurs du marchĂ© est estimĂ© Ă  un minimum de 2,7 milliards d’euros, un montant qui pourrait grimper pour atteindre 8,7 milliards d’euros. La directive est entrĂ©e en vigueur en juillet 2019, mais les normes de conception n'ont pas encore Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©es. Le 3 octobre 2019, la Commission de l'UE a demandĂ© aux organismes europĂ©ens de normalisation d'Ă©laborer des normes harmonisĂ©es. «La lĂ©gislation sur les bouchons solidaires ne fixe pas la force d’arrachage Ă  laquelle le bouchon cède si l’on tire dessus pour l’enlever : est-ce Ă  hauteur de 15, 20 ou 25 newtons par exemple ? (N - unitĂ© de mesure de la force, NDLR)», souligne Augustin de Tilly, directeur marketing et dĂ©veloppement pour la division Beverage d’Aptar Food + Beverage. Si la lĂ©gislation dessine les grandes lignes, ce sont aux associations interprofessionnelles comme le CETIE – rĂ©unissant une communautĂ© d’experts actifs dans le domaine de l’embouteillage industriel – d’en faire la traduction technique pour obtenir une norme et dĂ©finir la valeur de cette force d’arrachage.

«En Californie, une loi sur les bouchons solidaires est en prĂ©paration – et trois autres Ă©tats amĂ©ricains rĂ©flĂ©chissent Ă  une nouvelle loi Ă©galement. Le Canada a adoptĂ© une politique similaire Ă  celle de l’Europe sur le plastique Ă  usage unique. Et cela arrive dans d’autres pays : Mexique, BrĂ©sil, Chine… Je pense que d’ici trois ans, le monde rĂ©clamera ce genre de bouchons. Il n’y a pas besoin de loi pour cela», assure Michael Maguire, fondateur et prĂ©sident de la sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine ThisCap, spĂ©cialisĂ©e dans le design de bouchons. Celle-ci a commencĂ© Ă  dĂ©velopper son concept en 2014. «Nous sommes la première sociĂ©tĂ© Ă  proposer un bouchon attachĂ© pour des boissons carbonatĂ©es ou remplies Ă  chaud, ainsi que pour d’autres types de boissons ou de bouteilles. Je suis initialement designer de produits. Quand j’ai vu la quantitĂ© de bouchons perdus sur la plage, j’ai dĂ©cidĂ© de travailler sur une solution. Dans le monde, plus de 6,5 milliards de bouchons en plastique sont ouverts chaque jour, et seulement 10% d’entre eux sont recyclĂ©s», ajoute-t-il. «Le fait d’attacher le bouchon Ă  la bouteille devrait favoriser sa collecte. Un bouchon collectĂ© a ensuite plus de chance d’être recyclé», renchĂ©rit Augustin de Tilly.

Extrait de la revue n° 643 - Novembre 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support