Texte AlternatifLa palette bois sous pression
Si l’annĂ©e 2018 a Ă©tĂ© plutĂ´t positive pour la palette bois, portĂ©e par une reprise globale de l’économie, 2019 devrait se clĂ´turer sur une note plus mitigĂ©e avec un recul attendu entre 6 et 10% en volume et en valeur selon les adhĂ©rents du SYPAL. En 2018, le marchĂ© français de la palette bois neuve et rĂ©parĂ©e, tous modèles confondus, Ă©tait estimĂ© Ă  environ 1 milliard d’euros (pour 51 millions de palettes fabriquĂ©es tout format et 106 millions de palettes reconditionnĂ©es). A date, la Chine se positionne comme le plus gros fabriquant de palettes bois (900 millions d’unitĂ©s produites en 2018) ; suivie par l’Europe (650 millions) et les US / Canada (500 millions). Les prochaines statistiques officielles sont attendues Ă  l’étĂ© 2020. A contrario, la palette EPAL– en quelque sorte palette «étalon» du dynamisme Ă©conomique – affiche de meilleurs rĂ©sultats et devrait enregistrer une progression de 2% sur 2019. L’an dernier, 1,4 millions de palettes EPAL ont Ă©tĂ© fabriquĂ©es et 3 millions rĂ©parĂ©es en France, pour un marchĂ© mondial de 121,8 millions de palettes fabriquĂ©es ou rĂ©parĂ©es, l’Allemagne et la Pologne Ă©tant les deux plus gros producteurs de palettes EPAL.

Face à la palette locative, la palette EPAL – qui reste la propriété de ses utilisateurs – doit pourtant se renouveler et travailler ses points faibles. «Nous avons récemment diversifié nos formats en proposant des références en 1200 x 1000 (EPAL 2 et EPAL 3) et en 800 x 600 (EPAL 7), en complément de la palette la plus vendue, la 1200 x 800 (EPAL 1). Et nous proposons depuis peu une gamme de palettes CP pour l’industrie de la chimie, commente Jean-Philippe Gaussorgues, président EPAL France et du SYPAL. Mais notre priorité reste d’identifier les réseaux illégaux de réparateurs de palettes EPAL, qui aujourd’hui travaillent sans aucun agrément et se rendent ainsi coupables de «contrefaçon». Une dizaine de dossiers est en cours d’instruction en France. Enfin, nous préparons activement le futur de la palette bois qui passera par le développement de la palette intelligente connectée grâce à des QR codes et une technologie IoT. Un projet mené conjointement avec l’Institut Fraunhofer».

En parallèle, quatre gros chantiers sont en cours au sein du SYPAL pour accompagner l’évolution du produit :

• La professionnalisation des métiers de reconditionneurs / réparateurs avec une reconnaissance de ces titres, en passant par la réglementation et la formation de ces acteurs ;
• La mise au point en partenariat avec la FCBA d’un traitement issu de la chimie verte pour lutter contre les bleus et moisissures que peuvent se développer sur les palettes bois ;
• Réduire le taux de palettes perdues dans le flux de palettes. Grâce à une étude menée conjointement avec le FCBA et nommée Valopal, le SYPAL travaille à améliorer la captation des palettes en fin de vie pour mieux les valoriser dans le cadre d’une économie circulaire ;
• L’optimisation du clouage des palettes : outre l’optimisation de son bilan carbone dĂ©jĂ  très bon, le SYPAL prĂ©voit de publier de prochaines prĂ©conisations pour amĂ©liorer l’assemblage et la rĂ©paration des palettes via l’usage de la pièce clou.

Extrait de la revue n° 643 - Novembre 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support