En s’appuyant sur cette nouvelle méthode, l’association fait état, en 2019, d’une émission de 326 kg de CO2 par tonne de cartons transformés par la filière. Selon RISE, sur une base comparable, l’industrie de l’emballage carton a diminué son empreinte carbone de près de 9% depuis le dernier rapport publié en 2015. Cette nouvelle méthodologie prend en compte toutes les émissions et absorptions liées aux produits forestiers. Pour Tony Hitchin, directeur général de Pro Carton, la nouvelle méthodologie présentée dans ce rapport est plus «complète». Elle reconnaît effectivement l’impact général des émissions liées aux emballages en carton, de leur état brut aux cartons transformés. «Ces données récentes relatives à l’empreinte carbone viennent confirmer, à notre grande satisfaction, le fait que le carton est l’un des emballages les plus respectueux de l’environnement», se réjouit-il. De plus, les forêts européennes, sources de matière première de cette industrie, contribuent de plus en plus à l’absorption de CO2, en augmentation de 19% entre 1990 et 2014.

Extrait de la revue n° 644 - Décembre 2019/Janvier 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support