Texte AlternatifPolypack combine film plastique et carton
Si Ă  l’export, la demande en fardeleuses classiques continue Ă  progresser, la tendance europĂ©enne est toute autre, confirme Polypack. «Nos clients, notamment dans les secteurs de la conserverie, mais aussi des plats surgelĂ©s, biscuiterie, etc. sont de plus en plus rĂ©ceptifs Ă  des machines combi, capables de regrouper leurs produits sous film et en carton. La gamme Polypack CPTrĂ©alise sur ces fardeleuses polyvalentes, des groupements de produits sous film seul, plaque carton + film, barquette + film ou caisse wraparound. Le tout sur une et une seule machine. Ces Ă©quipements sont nĂ©anmoins plus encombrants et plus onĂ©reux», constate JĂ©rĂ´me de Deus, responsable des ventes agroalimentaires de Polypack. En effet, comparativement, le coĂ»t de revient d’un regroupement sous film PE est estimĂ© en moyenne, de l’ordre de 5 centimes d’euros, alors qu’une alternative carton sera cinq Ă  six fois plus chère. «Un paramètre non nĂ©gligeable mais au vu de la conjoncture environnementale, on freine clairement les dĂ©cisions d’achat et les renouvellements de parcs de fardeleuses aujourd’hui». Polypack reste pourtant confiant : l’arrivĂ©e de films «nouvelle gĂ©nĂ©ration», alternatifs au PE, va progressivement changer la donne. «Nous avons adaptĂ© nos machines Ă  ces nouveaux films biosourcĂ©s et compostables. Nous avons Ă©galement travaillĂ© sur les consommations Ă©lectriques et de film. Grâce Ă  une meilleure isolation des parois du tunnel de la machine, nous rĂ©duisons la dĂ©perdition en chaleur, pour au final proposer des outils moins Ă©nergivores. Nos Ă©quipements haute cadence sont Ă©galement capables de rĂ©aliser un pack solide avec une Ă©paisseur de 25 microns. Ces paramètres sont devenus essentiels pour nos clients», explique Polypack.

Extrait de la revue n° 644 - Décembre 2019/Janvier 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support