Texte AlternatifRemplir et boucher les bouteilles de bière au même poste ? Si les avantages paraissent évidents en termes de convoyage et de risque de casse, aucun fabricant de soutireuse n'avait encore développé ce type de solution, affirme Mathieu Vekemans, directeur de Krones pour la France : «jusqu'à présent, les machines mettaient en Å“uvre un premier carrousel pour le soutirage et un deuxième pour le bouchage. La Dynafillest la première soutireuse de bière du marché à effectuer le capsulage au même endroit que le remplissage. Avec à la clé, un temps de traitement par bouteille ramené à cinq secondes au lieu du double en temps normal !». Pour tenir une cadence de 36 000 bouteilles de 50 cl à l'heure, il suffit de 66 robinets alors qu'il en faut d'ordinaire une centaine, ajoute le directeur France de Krones. Du coup, l'emprise au sol de la machine est, elle aussi, divisée par deux. Et d'expliquer que la rapidité du processus tient au fait que le sertissage est effectué dès la fin du remplissage, qui ne prend lui-même que 0,5 seconde. «La bière est littéralement propulsée dans la bouteille après un balayage de CO2. Le sertissage de la capsule est ensuite réalisé avant la décompression, ce qui évite la formation de mousse et la perte de produit». S'agissant des cadences admissibles, Krones évoque la valeur de 100 000 bouteilles/heure, avec dans tous les cas une diminution de 20% de la consommation de CO2 par rapport aux méthodes de soutirage conventionnelles. «Nous avons actuellement une machine en phase de test industriel chez un client, avec des résultats très concluants…».

Soutireuse pour microbrasseries
Texte AlternatifToujours dans le domaine de la bière, Krones vient également de présenter la CraftMateG (G pour Glass), une soutireuse spécialement conçue pour répondre aux besoins des petites brasseries, dont le nombre ne cesse d'augmenter depuis quelques années. «Cette machine reprend les grands principes de la CraftmateC (C pour Can), lancée avec succès en 2015, mais en les adaptant aux spécificités des bouteilles de verre», indique Mathieu Vekemans. L'empreinte au sol ne dépasse guère 15 mètres carrés pour des cadences comprises entre 5 000 et 24 000 bouteilles/heure. La conduite et la maintenance se veulent très simples, sans faire appel aux dispositifs électroniques sophistiqués que l'on retrouve sur les soutireuses de plus forte capacité. Son coût rend aussi cet équipement plus accessible aux petites structures. Si ce n'est pas sa vocation première, rien n'empêche d'ailleurs l'utilisation de la CraftMateG pour le remplissage des sodas artisanaux.

Extrait de la revue n° 644 - Décembre 2019/Janvier 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support