Texte AlternatifQuel impact a eu le COVID-19 sur votre activité ?
Le premier mois de confinement a Ă©tĂ© très tendu car il a fallu rĂ©pondre Ă  une hausse de volume de commandes, nos clients ayant eu un mouvement de surstockage. Aujourd’hui, la situation revient progressivement Ă  la normale. La question des ressources a Ă©tĂ© cruciale : nous avons dĂ» gĂ©rer l’effet de sidĂ©ration et d’angoisse ressenti, dans un premier temps, par nos employĂ©s Ă  l’annonce du confinement. Et l’absentĂ©isme qui en a rĂ©sultĂ© : 20% de nos effectifs manquaient Ă  l’appel la première semaine pour arrĂŞts maladie et garde d’enfants. En parallèle, les Ă©quipes administratives et opĂ©rationnelles soit une vingtaine de nos collaborateurs ont Ă©tĂ© rapidement mis en tĂ©lĂ©travail. Nous avons eu la chance de passer au JT de TF1 : le reportage expliquait que l’usine tournait Ă  plein rĂ©gime malgrĂ© le confinement, cela a rassurĂ© nos employĂ©s. Nous avons Ă©galement profitĂ© des fĂŞtes de Pâques pour envoyer une vidĂ©o Ă  nos Ă©quipes et leur expliquer les mesures d’hygiène et de sĂ©curitĂ© dĂ©ployĂ©es sur notre site : port de masque, sĂ©paration des postes Ă  bonne distance, croisements Ă©vitĂ©s, etc. PassĂ©e la première semaine de confinement, les employĂ©s absents sont revenus, plus confiants et pleins d’enthousiasme Ă  l’idĂ©e de participer Ă  un effort de solidaritĂ© nationale. Notre taux d’absentĂ©isme est aujourd’hui retombĂ© Ă  un taux normal moyen de 4%. Au final, le 1er trimestre s’est maintenu exactement Ă  l’objectif prĂ©vu. Les hausses de volume commandĂ©es par nos clients en agroalimentaire et en santĂ©/hygiène ont compensĂ© la baisse des commandes de nos autres clients, dans les secteurs industriels.

Comment expliquez-vous cette capacitĂ© de « rĂ©silience » de votre sociĂ©tĂ© ?
Texte AlternatifIl faut remonter aux origines mĂŞme de la sociĂ©tĂ© et de son histoire. En 1995, quand j’ai dĂ©cidĂ© de reprendre Posson Packaging, j’avais dĂ©jĂ  Ă©tĂ© frappĂ©e – en tant que stagiaire administratrice judiciaire – par cette rĂ©silience, dont faisait preuve cette PME. MalgrĂ© ses difficultĂ©s, ses clients restaient fidèles. Dès sa reprise, je me suis attelĂ©e Ă  mieux comprendre les besoins de nos partenaires et dĂ©finir notre stratĂ©gie de management QSE. Cela s’est rapidement traduit par la mise en place d’un grand chantier de certification : ISO 9000 (1997), ISO 14 001 (2000), OHSAS 18 001 (2006), FSC® (2012), PSO (2014) et plus rĂ©cemment nous avons Ă©tĂ© l’une des rares PME Ă  obtenir une certification globale de qualitĂ© (ISO 50 001 et FSSC 22 000). Avec un bilan plus que positif : la sociĂ©tĂ© a pu sortir de sa phase de redressement judiciaire quatre ans avant Ă©chĂ©ance et poursuivre son dĂ©veloppement. En 2005, nous avons inaugurĂ© une nouvelle usine flambant neuve, inscrite dans l’ère de l’industrie 4.0, entièrement pensĂ©e pour avoir une faible empreinte environnementale : traitement des dĂ©chets, air filtrĂ© toutes les 20 minutes, grands espaces de travail. Le site transforme aujourd’hui 15 000 tonnes de carton par an, emploie 120 salariĂ©s avec des Ă©quipes en 3x8 et rĂ©alise un CA de 27 M€, Ă  destination des marchĂ©s grande consommation en agroalimentaire, en hygiène /santĂ© et en industrie. Ce travail de certification rĂ©alisĂ© en amont depuis des annĂ©es nous a permis de rĂ©agir avec sĂ©rĂ©nitĂ© Ă  cette Ă©pidĂ©mie du COVID-19. Nous Ă©tions prĂŞts avant mĂŞme l’annonce du confinement le 17 mars par le prĂ©sident Macron. La situation italienne nous avait alertĂ©s et nous nous Ă©tions prĂ©parĂ©s Ă  cette Ă©ventualitĂ©. Notre environnement de travail avait Ă©tĂ© pensĂ© bien en amont pour sĂ©curiser nos Ă©quipes et donc continuer Ă  les accueillir en garantissant les meilleures conditions de travail.

Extrait de la revue n° 647 - Avril 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support