Texte AlternatifUn marché toujours porteur
Selon des sources issues du cabinet IRi, le marchĂ© du snacking français en GMS reprĂ©sente 10,7 milliards d’euros (valeur vente) en cumul annuel mobile (entre janvier 2019 et janvier 2020) et connait une croissance stable de 1,4%. La catĂ©gorie «snacking froid» totalise Ă  elle seule 5,8 milliards d’euros. Elle est dominĂ©e par les salades fraĂ®ches (974 millions d’euros, un chiffre stable), et les produits dits de 4ème et 5ème gamme – soit les cruditĂ©s et produits agricoles cuits prĂŞts Ă  l’emploi (770 millions d’euros, en baisse de 1,5%). La catĂ©gorie rassemblant les confiseries chocolatĂ©es et les barres de cĂ©rĂ©ales compte pour 2,4 milliards d’euros. Quant au snacking chaud, il cumule 1,9 milliards de vente, avec en tĂŞte les plats cuisinĂ©s frais (973 millions d’euros, +4,2%). A noter que sur ce marchĂ© du snacking en GMS, les plats cuisinĂ©s dĂ©shydratĂ©s connaissent la plus forte croissance en termes de ventes : +10,4%, pour 97 millions d’euros en valeur. La catĂ©gorie Snacking fromage cumule elle 477 millions d’euros. Si de nombreux paramètres portent habituellement de façon positive le marchĂ© du snacking – comme l’accĂ©lĂ©ration des rythmes de vie, de nouveaux produits plus variĂ©s, plus sains, et une tendance Ă  la premiumisation – la pĂ©riode de crise sanitaire que traverse la France ralentit sa croissance momentanĂ©ment. Les chiffres IRI de fin fĂ©vrier Ă  fin mars 2020 montrent une chute des ventes de sandwichs (-29% en unitĂ©s vendues), de salades fraĂ®ches (-11%) et de salades de fruit (-25%). En revanche, dans la catĂ©gorie des plats chauds, les plats dĂ©shydratĂ©s et surgelĂ©s bondissent respectivement de 35% et 28%. Les fabricants d’emballages continuent toutefois de travailler. «Cette crise nous montre notamment que bannir le plastique Ă  la source n’est peut-ĂŞtre pas la meilleure idĂ©e... En ce moment, les clients achètent beaucoup de produits en pack, de peur que les produits en vrac n’aient Ă©tĂ© touchĂ©s», souligne Yoann Bouvet, responsable de l’entitĂ© Restauration et vente Ă  emporter Europe de Paccor.

Les solutions rPET ont la cote
Pour accompagner le marchĂ© du snacking dans son Ă©volution vers des produits vĂ©gĂ©taux, locaux, et rĂ©pondre aux futures règlementations, les fabricants dĂ©veloppent toujours plus de gammes d’emballages respectueux de l’environnement. La sociĂ©tĂ© Paccor privilĂ©gie l’utilisation de r-PET en incorporant entre 50 et 100% de ce matĂ©riau dans ses emballages, avec un minimum de 80% dans ceux destinĂ©s au snacking. Le groupe vient de lancer DeliTwist, un nouveau pot Ă  vis thermoformĂ© en r-PET. Son intĂ©rĂŞt : dotĂ© d’un couvercle Ă  vis brevetĂ©, il convient aux produits conditionnĂ©s en pot nĂ©cessitant une fermeture Ă©tanche. «Nous avons voulu amĂ©liorer un emballage basique en lui ajoutant une sĂ©curitĂ© d’ouverture et de fermeture. Grâce Ă  une butĂ©e, le système Ă  vis se bloque, permettant ainsi l’étanchĂ©itĂ©. Le couvercle ne peut pas sauter – mais le consommateur n’a pas besoin de forcer pour le dĂ©visser. L’emballage est plus rigide, plus Ă©pais au niveau du couvercle et du pas de vis. C’est une solution rĂ©alisable uniquement avec du PET, et dans la limite d’un diamètre de 130 mm pour rester suffisament rigide.

Extrait de la revue n° 647 - Avril 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support