Le verre est ensuite cité par les consommateurs pour ses qualités de protection du produit (51%), sa possible réutilisation (55%), et pour son aspect et son toucher (41%).

«L’emballage fait l’objet d’une attention particulière de la part du consommateur, qui est très sensible à l’impact de sa consommation et de ses déchets sur l’environnement» déclare Jonathan Tame, directeur général de Two Sides. «Cette étude montre que les consommateurs européens reconnaissent les qualités environnementales des emballages en papier/carton, mais aussi que certains faits sont encore méconnus, comme le taux de recyclage très élevé de ce matériau».

Le papier/carton est à juste titre identifié comme le matériau d’emballage le plus recyclé, mais de nombreux consommateurs sous-estiment encore son taux effectif de recyclage. Ainsi, 30% des consommateurs estiment le taux de recyclage européen des emballages en papier/carton supérieur à 60%, alors que celui-ci est en réalité de 85%.

Le verre est considéré comme le deuxième matériau d'emballage le plus recyclé, suivi par le métal. Avec des taux de recyclage réels de 74% et 80 $% respectivement, le recyclage de ces matériaux d'emballage est pourtant aussi largement sous-estimé par les consommateurs. Les réponses des consommateurs à l'égard des emballages en plastique sont également sans ambiguïté, puisque 70% des personnes interrogées déclarent agir activement pour réduire leur utilisation d'emballages en plastique. Ces derniers sont également identifiés comme le matériau le moins recyclé, 63% des consommateurs estimant que leur taux de recyclage est inférieur à 40%. L'enquête met en avant la volonté des consommateurs européens de modifier leur comportement pour faire leurs achats de manière plus durable. 44% indiquent être prêts à dépenser plus pour des produits emballés dans des matériaux durables et près de la moitié (48%) envisageraient d'éviter une enseigne s'ils estiment que celle-ci ne fait pas assez pour réduire son utilisation d'emballages non recyclables. «Les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux impacts de l’emballage pour les produits qu'ils achètent. Les entreprises sont conscientes de cette attente et font évoluer la conception de leurs emballages. La culture du "produire, utiliser, jeter" évolue progressivement et nettement», conclut Jonathan Thame.

All rights reserved except agreement written by Emballage Digest or mention of the magazine