Texte Alternatif

Mieux comparer pour mieux décider
Le Green Deal tout comme les textes d’application de la loi sur l’économie circulaire, n’ont eu de cesse d’alimenter les échanges sur l’utilité de l’emballage et la meilleure solution à promouvoir, positionnant le réemploi de l’emballage comme le modèle le plus vertueux au motif qu’il permet d’économiser les ressources alors même qu’il n’est souvent envisagé que sous le seul angle de la réutilisation de l’emballage lui-même, éludant toutes les dimensions périphériques. Outre l’adaptation sur-mesure de l’emballage au produit et le nombre de réutilisations de l’emballage, plusieurs autres paramètres lourds en conséquences environnementales se doivent d’être intégrés à une analyse comparative plus globale. Parmi ces paramètres, plus difficilement appréhendables, mais que la mondialisation croissante des échanges commerciaux ramènent au premier plan, les dispositifs logistiques liés à l’acheminement d’un produit (transport retour, gestion de parc, stock-outil, collecte …), les étapes de préparation préalables à la réutilisation (lavage, réparation …) ou encore les taux de pertes.

Une comparaison juste suppose de considérer pour chaque solution, des services identiques sur une même période, et de dresser leur bilan en termes de ressources utilisées et d’impacts environnementaux.

Une Ă©tude commanditĂ©e par Carton OndulĂ© de France portant sur l’évaluation environnementale croisĂ©e des caisses plastique rĂ©utilisables et des plateaux en carton ondulĂ© recyclables pour le transport de fruits et lĂ©gumes, a permis de relever une forte dĂ©pendance de l’impact environnemental des caisses plastiques au nombre de rotations effectuĂ©es sur leur durĂ©e de vie utile, avec un bilan souvent favorable aux plateaux en carton ondulĂ© pour des taux de rotation infĂ©rieurs Ă  15 et non diffĂ©renciable entre 16 et 35. Pour que les impacts environnementaux d’une caisse plastique rĂ©utilisĂ©es 3 Ă  5 fois par an puissent ĂŞtre considĂ©rĂ©s comme infĂ©rieurs Ă  ceux d’un plateau en carton ondulĂ©, sa durĂ©e de vie utile devra ĂŞtre au minimum de 7 Ă  10 ans. La comparaison des chaĂ®nes logistiques rĂ©vèle par ailleurs une plus grande souplesse et une meilleure flexibilitĂ© du dispositif de « recyclage » dans le cas notamment d’applications dĂ©diĂ©es des emballages mais Ă©galement pour des Ă©changes Ă  l’échelle internationale. En effet, le recyclage garanti une rĂ©utilisation de la matière peu importe l’endroit dans le monde.

Le carton ondulé fait le choix du recyclage
La filière du papier carton, portée par la fédération Carton Ondulé de France a quant à elle fait le choix de la réutilisation … de la matière, jugée bien plus efficace.

Renouvelable, recyclable et recyclé, le carton ondulé s’affiche comme le matériau idéal avec un taux de recyclage exceptionnel de 95%, l’utilisation en moyenne de 88% de fibre recyclée et une diminution de 10% de son poids en 20 ans à caractéristiques techniques équivalentes. En France, ce sont ainsi 9 emballages cartons sur 10 qui sont recyclés, prenant une nouvelle forme pour un nouvel emballage d’usage différent. La fibre de cellulose biosourcée et sans conflit d’usage alimentaire, sera ainsi réutilisée en moyenne 8 fois !

Comme le prévoit le cadre réglementaire européen, la règle des 3R (réduction, réemploi, recyclage) ne saurait donc seule suffire à arbitrer entre les deux systèmes de réutilisation, car le recyclage peut être la meilleure solution en termes d’impacts environnementaux.

www.cartononduledefrance.org

Texte Alternatif