N° 628 - Machines&Technologies - Matériel/Show room

 

 

 

Des solutions interconnectées pour une solution globale et sécurisée
Avec un stand de 100 m² présentant uniquement des évolutions liées à l’Industrie du Futur, ifm était aussi présent au salon Global Industrie/Smart Industrie avec le collectif Continuité numérique. Ce collectif regroupe plusieurs spécialistes de différents secteurs qui se sont associés pour démontrer que la communication de l’industrie du futur va du capteur ou de l’actionneur jusqu’à l’ERP et en mettant des technologies en avant comme IO-Link (pour les capteurs et actionneurs), les bus industriels Ethernet et l’OPC UA. Sur le stand, le collectif proposait une offre globale reposant sur des solutions pré-intégrées, « chacun étant complémentaire » souligne Olivier Grolier, chef des ventes Ifm. Ainsi à travers une chaîne de conditionnement simulant une fabrication de pièces, ifm a fourni le logiciel smartobserver, Festo un système d’analyse de mouvements de robots pick&place, Sick un capteur intelligent pour surveiller le bon positionnement des pièces dans leur godet respectif, Phoenix Contact des solutions d’interconnexion du réseau et de cybersécurité, SAP et GFI, la brique logicielle pour le tableau de bord global. «Plus on élargit le champ des connexions, plus on devient vulnérable» explique O. Grolier qui poursuit «le monde de l’OT (Operational technology) qui représente le monde l’industrie et donc l’usine, et le monde de l’IT (technologie de l’information) qui représente l’infrastructure réseau se rejoignent et doivent être protégés». D’où la nécessité d’installer un firewall/pare-feu industriel, implémenté et activé. Le boîtier dédié à la cybersécurité doit être sélectionné en fonction du niveau de «criticité» du site ou de la machine» précise le chef des ventes - ifm. En l’occurrence celui mis en place sur la chaîne simulée sur le stand était une solution de Phoenix Contact, mGuard. Quant au transfert de toutes les données dans le Cloud, O. Grolier estime que c’est une solution mais pas la solution. La meilleure sécurité est de multiplier les solutions» dit-il.

 

 

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°628 - Mai 2018