N° 631 - Packaging - Actualité

 

 

 

Le centre d’innovation de Jabil Packaging Solutions en Espagne est opérationnel

Inauguré l’an dernier, le centre d’innovation Blue Sky de Jabil Packaging Solutions Europe est pleinement opérationnel. Situé à Tortosa, à environ deux heures de Barcelone, il a été transféré dans un bâtiment moderne à quelques encablures de l’usine ex-Plasticos-Castella qui, rachetée par le groupe en 2015, est spécialisée dans la production d’emballages à parois fines, de couvercles et de bouchons en plastique.

 

Le centre, très ouvert sur le paysage, occupe plusieurs étages dans un espace largement dimensionné pour recevoir dans les meilleures conditions les clients. Egalement très connecté avec notamment une salle de conférences où chaque table a son ordinateur, le centre illustre l’ambition du groupe américaine en Europe.

 

Blue Sky est équipé de 4 imprimantes 3D et très probablement d’une 5ème dans quelques mois. Ainsi, arrivé le matin, le client peut repartir le soir avec, par exemple, son couvercle dans la poche, fabriqué en 3 ou 5 h environ suivant la complexité. Le centre dispose également d’une imprimante digitale HP et d’ici la fin de l’année, la filiale européenne devrait signer un partenariat avec HP pour utiliser ses machines tests, le constructeur ayant son centre européen d’innovation à Barcelone.

 

L’Intelligence Control Tower a été mise en place par Jabil dans son centre en Californie à la suite de plusieurs évènements (accident nucléaire, tremblement de terre, ouragan…) qui, ces dernières années, ont secoué le Japon où Jabil comptait plusieurs fournisseurs de composants pour les pièces électroniques qu’il fabrique.
Concernant l’emballage, il est intéressant d’identifier les zones d’où viennent les matériaux d’emballage, certains composants de l’emballage, et celles où il fera livrer ses packagings pour évaluer un risque d’ordre géopolitique, météorologique… Jabil Packaging Solutions prend ainsi en compte plusieurs données : la demande, le niveau d’inventaire des composants de l’emballage, celui de sécurité des stocks… Toutes ces donnes reliées entre elles sont «mapperisées» pour une analyse de risque qui va de 1 à 5.

La partie production du centre compte 20 machines d’injection CNC dont certaines sont dédiées à l’évaluation des nouveaux moules. Le Centre en teste une vingtaine par an dont certains se distinguent par un nombre élevé de cavités permettant ainsi de produire en grande quantité. Ainsi, Jabil a revu la gamme d’un stick déo pour réduire le nombre de pièces de l’élément qui permet de monter le déodorant. Au lieu d’en avoir quatre, le stick n’en compte plus qu’une, tout en conservant plusieurs références dans cette gamme. Deux machines expertisent les nouveaux plastiques.

 

L’usine espagnole de Jabil Packaging Solutions Europe compte 60 presses d’injection automatiques dont une vingtaine assurent la pose d’étiquette IML pour, par exemple, des pots de sorbets, de yaourt ou de crème. Chaque machine IML peut produire jusqu'à 300 000 pots de 125 gr/jour.
Assurant en ligne injection, assemblage et décoration IML, elle fonctionne comme une unité indépendante. Le site a été agrandi de deux ateliers de 800 m2 chacun. Dans l’un, trois nouvelles machines d’injection devraient démarrer prochainement, et dans l’autre de nouvelles machines entreront en production en janvier 2019. Ces investissements en matériels ont été faits suite à des nouvelles commandes.
Très réactif, le groupe peut mettre en place rapidement de nouveaux équipements pour satisfaire le client. Vu les cadences et la recherche de rentabilité, Jabil travaille essentiellement pour les grands groupes du secteur des PGC-Produits grande consommation.

Toutes les machines du centre sont automatisées au maximum. Comme une machine tridimensionnelle qui effectue des mesures très précises d’une pièce pour s’assurer qu’il n’y ait pas de problème à l’étape de production. Ou une qui intègre un système pour éviter l’érosion du métal de la pièce. Ou une autre qui effectue une soudure de métal par laser sur une pièce qui comporte un défaut ou qui est usée.

 

Force de proposition, Jabil est aussi à l'écoute des nouvelles décisions prises aussi bien en France qu’en Europe concernant le plastique, particulièrement. Il travaille à trouver des solutions mono-matériaux notamment. Ainsi, il étudie actuellement une alternative pour un couvercle de pot de café qui vise à remplacer l’opercule d’inviolabilité en alu par un système de cassure intégré au couvercle. Même démarche pour un couvercle d’une marque de jus de fruit après l’avoir allégé de 20%.
Si Jabil regarde du côté de nouveaux matériaux à base de ressources renouvelables (à base de riz, de blé, de marre de café, bagasse …), il sait aussi que les marques veulent des solutions qui soient recyclables ou réutilisables mais crédibles et offrant toutes les garanties de sécurité pour le produit et le consommateur.

 

Tourné vers l’avenir, le centre de Tortosa abrite, comme celui de San José, l’intelligence control tower qui permet d’optimiser la supply chain. Concrètement, la plateforme projette sur un écran géant le circuit de tous les flux logistiques permettant d’évaluer les risques que pourraient rencontrer la supply chain établie dans le cadre d’une commande d’un emballage qui fait appel à plusieurs fournisseurs (voir encadré p. 8). La plateforme est gérée en temps réel et favorise ainsi une bonne visibilité sur la supply chain pour s’assure d’un «faster time to market».
En cas de difficultés, la plateforme réagit plus rapidement pour proposer des solutions de sourcing alternatives. L’analyse du risque devient un plus pour le client, estime Jabil.