N° 615 - Packaging - Alimentaire/Tendances


 

 

 


Des pots décorés avec la technique T-IML

C’est depuis 2013 que Coveris propose en France, dans son usine d’Auneau, le procédé T-IML (Thermorforming In-Mould Labelling) pour les emballages rigides. Aujourd’hui, le groupe compte deux lignes T-IML en Europe, celle en France et l’autre en Finlande (site d’Hämeenlinna).
Outre sa caractéristique haute barrière, cette solution, décorée sur le fond et tout le périmètre de l’emballage, est stérilisable. Elle présente de nombreux avantages par rapport aux techniques de décoration traditionnelles, explique Olivier Laigre, directeur marketing. Notamment, l’impression offset sec, le sleevage, l’étiquette adhésive ou le duosmart®, chacune avec des zones de décor limitées et non compatibles avec le process de stérilisation.

Le procédé T-IML : une solution durable
Le procédé optimise la quantité de matière par étirement au thermoformage. L’étiquette prélevée dans le magasin va sur une table de conformation (fait un demi tour et rabat les côtés) puis transfert les étiquettes dans les mandrins qui va les déposer dans le moule (par un système d’aspiration). Puis les pièces sont sorties du moule, contrôlées (par caméra) puis empilées. Même avec des épaisseurs de parois optimisées, l’emballage thermoformé reste suffisamment solide pour les lignes de remplissage, assure Coveris. L’étiquette améliore la résistance des parois permettant de réduire encore le poids par l’utilisation d’une feuille plus fine - en injection la réduction d’épaisseur requière un nouveau moule. En utilisant l’option de la feuille expansée avec des additifs minéraux, le procédé permet d’aller encore plus loin dans la réduction de poids. L’emballage PP avec l’étiquette OPP est recyclable y compris avec une couche d’Evoh.

Le T-IML s’adapte à des formes variées de pots et de barquettes et valorise aussi un emballage existant puisqu’il n’est pas nécessaire de modifier le volume et le format. Le procédé habille toute la surface de la barquette, ce qui lui donne un impact visuel en linéaire optimisé.
Réalisé sur une machine Illig RDM 70K, le process est simple : il est effectué au moment du thermoformage de la barquette ou du pot. Un robot introduit une étiquette imprimée (jusqu’à 18 empreintes) depuis le magasin jusqu’au moule de formage. L’emballage est thermoformé et décoré en sortie de ligne. Le formage de l’emballage est réalisé à partir de feuilles barrières multicouches. L’Evoh (barrière 02, C02, n2 parfum arôme, odeur) est extrudé au sein d’une feuille multicouche qui est étirée lors du thermoformage offrant ainsi une barrière continue et totale de l’emballage formé. Une couche noire (ou gris foncé) offre une barrière à la lumière à 100%. Le PP/EVOH/PP est utilisé en standard pour les applications stérilisables. En fonction du résultat recherché, il est possible d’améliorer la barrière 02 par l’ajout d’absorbeur d’02. Grâce à l’utilisation d’encres spécifiques qui résistent dans les conditions chaudes et humides de la stérilisation, l’étiquette est donc aussi stérilisable. Le PP couplé avec l’étiquette OPP est naturellement résistant à l’eau, détaille Christian Vetillart, directeur technique du site d’Auneau, qui ajoute «pour des conditions de stérilisation à très haute température, la stabilité du PP peut être améliorée par l’ajout d’additifs minéraux. Toutefois, ces additifs ayant un impact sur le retrait, cette propriété devra être prise en compte dès la conception afin de garantir la dimension finale de l’emballage. Globalement l’emballage T-IML répond à des process de stérilisation jusqu’à 127°C. Toutefois, pour des températures jusqu’à 140°C, il convient de valider le process» précise-t-il.
Plusieurs options d’étiquette peuvent être utilisées : enroulée avec ou sans fond ; en croix avec couverture du fond et des parois, étiquettes jointives. Le procédé offre une excellente qualité de décor, assure le directeur technique de Coveris Auneau puisque les étiquettes utilisées peuvent être imprimées haute brillance par offset, roto ou flexo, avoir jusqu’à 8 couleurs (7 couleurs + vernis), un graphisme avec photo pour un rendu réaliste. «Nous offrons une option de gravure dans le moule avec des effets 3D possibles».
De nouveaux films sont en développement pour offrir de nouvelles possibilités, annonce la division Flexible du groupe.

 

 

 

Des motifs tridimensionnels pour le verre
La technologie de décoration en relief «Art & Touch» de Saverglass associe plusieurs techniques de parachèvement : la sérigraphie, le satinage, le coating intégral, la métallisation et les métaux précieux. Le verrier a ainsi conçu un «jeu quasi infini de création de motifs et graphismes dévoilant un effet d’optique et de perspective». La bouteille Constance, par exemple, est habillée d’un tissage graphique sur presque tout son écrin, complété par un coating intégral opaque noir mat «conférant une finition luxueuse», et une sérigraphie encre imitation or. Cette technique, également sur la bouteille 1855, se caractérise par une tenue aux effets d’optique et de perspective rendus grâce au graphisme labyrinthique tracé en relief et ciselé.
Le verrier a aussi enrichi son offre de bouteilles avec la «collection prestige». Il propose notamment la Bordelaise «Hermes» de 75 cl présentée dans la catégorie les Aristocrates. Elle se distingue par son poids (1000 g), ses proportions équilibrées, et sa ligne classique. Elle renvoie une image «statuaire» de par sa bague carrée, son épaule galbée et une piqûre profonde. Autre bouteille de cette collection : «la Baronne», fidèle réplique de la Bourguignonne d’antan. Conçue avec une piqûre de 70 mm de hauteur, une épaule asymétrique et un poids de 950g. La deuxième catégorie «les extravagantes» se distingue par des poids de verre plus lourd qui influencent un design de bouteille plus grand, plus large et donc plus visible et luxueux, estime le verrier. Ainsi, dans cette catégorie, il a imaginé pour les grands vins «la Divine», faite d’une stature de 309 mm, d’un poids de 1005 g et d’une piqûre de 60 mm.

 

 

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°615 - Février 2017