N° 629 - Packaging - Para&pharmacie/Dossier

 

 

 

Quoi de neuf dans l’impression du braille ?
Avec leurs populations vieillissantes, les pays européens ont de plus en plus de malvoyants et d’aveugles. Pour beaucoup d’entre eux, le braille est un lien vital avec le monde extérieur. Sa bonne impression sur les boîtes et étiquettes de médicaments est donc d’autant plus essentielle.

 

Pour Paul Julia, directeur ventes et marketing de CCL Industries France, le braille est un complément essentiel pour les étiquettes pharma : «nous réalisons les impressions braille par gaufrage et par sérigraphie» explique-t-il. «Le choix dépend du support. En gaufrage, le matériau déformé doit avoir suffisamment de «mémoire» pour conserver la hauteur minimum des pointes. C’est d’autant plus difficile que les étiquettes - par opposition aux étuis - sont en bobine, et le gaufrage de celles qui sont en début de rouleau peut être aplati par la pression. Voilà pourquoi nous préférons ne pas faire de gaufrage sur des étiquettes pharma pour lesquelles la lisibilité du braille est primordiale. Nous préconisons plutôt la sérigraphie, et quasiment toutes nos lignes sont équipées en unités sérigraphiques. Nous utilisons également une autre technologie qu’on appelle des Braillemaster. Grâce à ce système, nous avons développé des modules qui permettent de déposer des points d’impression hotmelt aux endroits voulus. C’est une méthode développée au Danemark et utilisée aujourd’hui par CCL partout dans le monde. En sérigraphie, le braille est imprimé en ligne, en revanche, le système Braillemaster est réalisé en hors-ligne».

 

Pour l’inspection et le contrôle des impressions en braille, CCL utilise des dispositifs spécifiques. Cela peut être un contrôle statistique avec un échantillonnage inspecté manuellement, mais CCL préconise ses unités dédiées qui vérifient systématiquement la hauteur des pointes. Cette vérification ne s’éxecute pas en même temps que le contrôle de l’impression, mais hors-ligne à l’étape finition - évidemment cela augmente le coût. Concernant les normes européennes définissant la hauteur et l’espacement des pointes, Paul Julia pense qu’il n’y aura pas de changement de ces normes dans un proche avenir.

 

 

 

 

 

What’s new in braille printing ?
With their ageing populations, European countries have more and more blind and partially-sighted people. For many of them, braille is a vital link with the sighted world ; on medicines, a properly legible braille identification can often be literally a question of life or death. Label and packaging converters use different techniques to “print” braille. Smart packaging could replace braille, but this is not likely in the near future.

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°629 - Juin 2018