Texte AlternatifAprès deux années de croissance modeste (1,5%), l’épidémie de coronavirus a boosté la demande mondiale d’étiquettes adhésives au premier semestre 2020. La consommation de complexes adhésifs a ainsi été supérieure de 8% à 2019, selon la FINAT (Association européenne de l’industrie des étiquettes auto-adhésives). «Depuis mars, les commandes d’étiquettes adhésives ont fortement augmenté liées aux médicaments utilisés pour soigner les malades, aux produits utilisés à l’hôpital, aux désinfectants type gels hydroalcooliques et à l’hygiène», confirme Pierre Forcade, délégué général de l’UNFEA, qui regroupe 103 entreprises fabricantes d’étiquettes adhésives et 75 fournisseurs de matériel et d’équipement. «Ces sur-commandes ont permis à de nombreuses entreprises de surmonter financièrement la crise économique», ajoute-t-il. Pour amortir les tensions sur la chaine d’approvisionnement des matières premières, le réseau UNFEA n’a pas hésité à jouer la solidarité et la mutualisation.

Continuité et fluidité du service
“Nous avons accompagné les laboratoires dans la crise sanitaire en maintenant l’ouverture de toutes nos unités de production pour garantir la continuité des activités et la qualité de service», note Gilles Poncato, directeur commercial d’Autajon. Dans le confinement, Autajon a soutenu Galderma dans son effort d’approvisionnement solidaire et en urgence de gels hydroalcooliques à ses fournisseurs et aux personnels soignants. «Pour sa marque Cétaphil, nous avons assuré simultanément le développement des étiquettes et des étuis, leur fabrication et leur livraison en service express au pic de la crise sanitaire», poursuit-il. Tous les services étaient sur le pont, notamment Autajon Labels à Rouen (Normandie) pour les étiquettes et Autajon Packaging SP à Montélimar (Drôme) pour les étuis.

Extrait de la revue n° 652 - Novembre 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support