Texte AlternatifPour Pierre-Antoine Henry, qui dirige les divisions produits (Parfums, Soins et Maquillage) du fournisseur Quadpack, la crise sanitaire accĂ©lère des tendances dĂ©jĂ  existantes concernant l’évolution des matĂ©riaux, le dĂ©veloppement d’applicateurs ou les recharges pour les pots. «Les demandes pour des emballages rechargeables se multiplient. DiffĂ©rents modèles Ă©mergent quant Ă  la façon dont une marque peut vendre un tel produit. La recharge s’intĂ©grant dans le pot est particulièrement prisĂ©e. Le pot peut ĂŞtre vendu avec une ou deux recharges pour amorcer une habitude auprès du consommateur, car cette notion de rechargeabilitĂ© ne lui vend pas du rĂŞve ! Quant au fait de recharger un produit directement sur le point de vente, c’est une tendance Ă©mergente encore sous-estimĂ©e», analyse-t-il.

Il cite en exemple la marque Biotherm (groupe L’OrĂ©al), qui a dĂ©veloppĂ© en partenariat avec le studio d’innovation Possible Future une fontaine permettant de nettoyer puis recharger les flacons du sĂ©rum Life Plankton Elixir, rapportĂ©s vides par les clients. Cette fontaine est en test pilote dans le magasin El Corte InglĂ©s de Madrid depuis fĂ©vrier. «La rechargeabilitĂ© permet aux marques de garder le contact avec leurs clientèles, et de maintenir une expĂ©rience que le digital ne peut pas offrir», ajoute-t-il, convaincu que ce n’est lĂ  qu’un dĂ©but. «Certains produits sur le marchĂ© sont dĂ©jĂ  rechargeables mais ne sont pas vendus comme tels par les marques pour l’instant, car c’est un grand changement pour l’industrie. Le rechargeable ouvre d’autres opportunitĂ©s au segment du prestige : il booste la crĂ©ativitĂ© et permet de faire monter en gamme les emballages premium, en associant des matĂ©riaux qui gĂ©nèrent de l’affect – comme le bois, le verre, le mĂ©tal. C’est aussi un vrai outil de fidĂ©lisation, mĂŞme si ce n’est pas sa finalitĂ© première», remarque Pierre-Antoine Henry. Les acteurs de l’industrie Ă©toffent leurs offres. Quadpack travaille sur diffĂ©rents systèmes de recharges, qui puissent convenir Ă  toutes les marques. «La difficultĂ© est de trouver un système intuitif et propre», rĂ©sume-t-il.

Extrait de la revue n° 655 - Février 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support