Texte AlternatifRéduire l’utilisation des plastiques vierges et la quantité de matière utilisée, proposer des tubes mono-matériaux… les tubes gagnent encore en éco-conception. Neopac a réduit l’épaisseur de jupe à 0,35 mm sur différents diamètres de tubes, et développé une gamme de capsules en PE dans le but de proposer des emballages mono-matières. Chez Albéa, Gilles Swyngedauw, vice-président Marketing et Développement Durable pour le groupe, estime que «les tubes et bouchons pourraient encore être allégés de 20 à 50% par rapport à ce qui existe. Il faudrait alors envisager de changer le design pour aller plus loin. Nous allons cependant bientôt lancer un nouveau tube encore plus allégé».

Texte AlternatifActuellement, utiliser du plastique recyclé est une voie privilégiée. Neopac a développé un tube en PEHD incluant 64% de PCR et 6% de PIR. «La couche interne du tube est trois fois plus épaisse que la couche externe, afin de maximiser le pourcentage de matière recyclée. Une couche d’EVOH peut être rajoutée pour obtenir des propriétés barrières supplémentaires. La couche externe reste en plastique vierge, pour l’aspect esthétique. En complément cette année, nous proposerons une capsule en PE recyclé», détaille Fréderic Fernandez, responsable commercial France pour Neopac. Quant au fournisseur Albéa, il intègre jusqu’à 70% de PCR dans ses tubes. Fin 2020, la société a mis sur le marché, avec la marque Origins d’Estée Lauder, un tube fabriqué avec du plastique recyclé chimiquement par la multinationale Sabic. «L’atout d’un tel plastique est son esthétique et son innocuité. Mais les quantités disponibles sont faibles pour l’instant, et le prix encore élevé», remarque Gilles Swyngedauw.

Extrait de la revue n° 656 - Mars 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support