Aidé par France Relance, Delta Néo vient d’investir 1 M€ à la Ferté-Bernard dans deux projets industriels de diversification. Une bouffée d’oxygène pour maintenir ses emplois malgré une perte de 3 M€ de chiffre d’affaires en 2020 en raison de la pandémie. Au sud d’Angoulême, une autre société T2M Logistique – spécialisée dans l’emballage pour vins et spiritueux notamment – a décidé de changer de fusil d’épaule et propose depuis la sortie du premier confinement des kits de protection incluant masques, visières et gels hydroalcoolique. Les carnets de commande sont depuis pleins.

Même stratégie déployée à plus grande échelle chez Albéa. Alors que la consommation en rouges à lèvres a littéralement dégringolé depuis la généralisation du port du masque, le groupe a su rapidement réagir et mettre son expertise de l’injection plastique au service de nouveaux besoins. En quelques mois, le fabricant a su adapter ses outils de production pour se lancer dans la fabrication de tests de dépistage Covid-19 et fournir ainsi la société bretonne NG Biotech.

Si la crise de la Covid-19 a permis aux plus agiles de se réinventer, il aura également accéléré le renouvellement du parc national de machines. Une grande partie de la somme allouée par l’Etat dans le cadre de son plan de subventionnement France Relance a, en effet, servi à équiper les PME françaises d’outils plus performants. Automatisation, connectivité, montée en cadence, etc. sont autant d’avantages qui permettent aux industriels bénéficiaires de gagner en compétitivité. Et espérer sortir indemnes, voire même renforcés, de cette mauvaise passe.

Extrait de la revue n° 658 - Mai 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support