Texte Alternatif

Texte Alternatif«Ce coup de projecteur n’a été possible que grâce à la configuration du salon : la jauge des 5000 visiteurs est ici décomptée par hall. 65% de nos visiteurs viennent du Grand-Ouest et ils se déplacent majoritairement en voiture pour venir sur le salon. Par ailleurs, nous avons réussi à maintenir l’événement car la filière agroalimentaire se porte bien et avait ce besoin de se retrouver. C’est une manière de remercier l’industrie d’avoir tenu bon durant ces derniers mois de crise sanitaire», explique Sébastien Gillet (photo), directeur du salon.

Et pour l’occasion, GL Events a pu compter sur le soutien de la Région et de l’ARS Bretagne qui a accompagné l’organisateur dans la mise en place d’un grand système de dépistage anti-Covid à l’entrée du salon, offrant ainsi un système de traçabilité similaire aux tests réalisés en ville.

«Quatre tentes sont installées devant plusieurs halls pour proposer aux visiteurs de se faire dépister rapidement s’ils ne l’avaient pas déjà fait dans les 24h qui précèdent leur venue. Pour cette première journée de salon, 150 personnes par heure ont été dépistées dans chaque tente. Une grande première pour le secteur événementiel. La présence de l’ARS n’était pas obligatoire mais elle apporte une sérénité et une sécurité supplémentaire aux exposants et visiteurs», ajoute le directeur du CFIA Rennes, qui précise que l’ensemble des prestataires (techniciens, restaurateurs, agents de sécurité ou techniques, etc.) ont été testés avant même le début du montage des stands.

Soulagé «d’avoir tenu bon après plusieurs mois de chômage partiel pour ses équipes», Sébastien Gillet espère que la CFIA Rennes marquera le début d’une reprise pérenne du secteur événementiel, qui a énormément souffert depuis mars 2020. 20% des sous-traitants de la filière ont dû fermer leurs portes, faute d’activité. L’organisateur a d’ailleurs vu son chiffre dégringoler de 1,2 milliard d’euros en 2019 contre 450 millions d’euros en 2020. C’est donc avec soulagement et fierté que les équipes ont pu maintenir le CFIA Rennes en décalant le salon seulement d’une journée par rapport aux dates initiales (9 juin contre le 8 initialement).

Avec un taux de défection de 10% chez les exposants, ce sont donc 1400 stands qui étaient présents pour l’ouverture hier du salon qualifié de «pilote». «Un chiffre somme toute raisonnable au vu de la situation. Il s’agit principalement d’exposants étrangers ou de grands groupes dont les contraintes internes sont drastiques pour leurs salariés, ce qui ne leur permettaient pas leur venue sur le salon malgré la mise en place de notre dispositif de sécurité sanitaire. C’est un choix que nous respectons. Mais j’aime à rappeler qu’il n’y a moins de risques à venir visiter le salon que d’aller dans un centre commercial, où aucune traçabilité n’est proposée», précise Sébastien Gillet. 12 000 à 13 000 visiteurs sont attendus pour ce salon qui fait office de test, contre les 23 000 visiteurs qui avaient été enregistrés lors de la dernière édition 2019. Verdict vendredi soir à la fermeture des portes du CFIA Expo Rennes.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support