Texte AlternatifEn forme de U ou de L, longue souvent de plus de dix mètres et cumulant plus d’une demi-douzaine de taches, la ligne complète est souvent un objet de fascination, en particulier lorsqu’elle est entièrement automatisée. «La communication sur les produits cosmétiques passe désormais par des invitations faites à des youtubers de visiter des usines de fabrication. Dans ce cadre, montrer des lignes complètes comportant de la cobotique est important pour l’image de marque», note Serge Pitois, responsable Produits de MG-Tech, spécialiste français de machines d’emballage, en particulier de chargement et de déchargement).

En cela, le rôle d’intégrateur est essentiel pour «orchestrer» l’assemblage des différents modules d’une ligne. «Nous ne proposons pas les modèles réalisant les fonctions centrales du conditionnement comme le remplissage, le coulage, l’étiquetage, mais nous sommes capables de les intégrer. Quand nous concevons une ligne complète, nous le faisons en partenariat avec les fabricants de ces machines. Dans ce cadre, soit nous les achetons et nous les revendons à notre client, soit notre client les achète lui-même et nous donne la responsabilité de les intégrer», indique Serge Pitois.

Texte AlternatifMême positionnement pour le fabricant et intégrateur de machines spéciales Sacmo. «Nous ne proposons pas toutes les types de machines sur une ligne, mais nous pouvons faire l’intégration d’autres marques, notamment des grands groupes qui font des modèles standards. Quant au choix des machines, en France, c’est plutôt le client qui le fait car les groupes hexagonaux ont souvent de l’expérience. Nous donnons tout de même notre avis en fonction du cadre et du budget. Nous pouvons aussi faire du «clé en main», mais ce sera alors plutôt à l’export», indique Stefan Carlsson, son directeur.

Extrait de la revue n° 659 - Juin 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support