Texte AlternatifLes chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon la Fevad – Fédération du e-commerce et de la vente à distance – le e-commerce a connu une croissance de 8,5% en 2020 pour atteindre les 112 milliards d’euros. Avec +32% de produits vendus en un an, la vente en ligne représente 13,4% du commerce en détail (vs. 9,8% en 2019). Une progression qui bénéficie à l’ensemble des emballages : colis en carton, enveloppes plastique, éléments de calage, etc. tous enregistrent une hausse de la demande. Pour réduire leur impact sur l’environnement, la Fevad et Citeo ont mené avec l’Institut Ipsos et la société Hact, un travail complet d’étude et de design thinking auprès d’un large panel de consommateurs pour dessiner les solutions qui faciliteraient le réemploi, le tri et le recyclage des emballages du e-commerce. Cinq leviers majeurs ont été identifiés à l’issu de ces études :

• Donner une consigne de tri personnalisée au moment de la livraison du colis (sms en particulier) pour profiter de l’attention forte du e-consommateur ;
• Favoriser des emballages mono-matériaux (colis et éléments de calage) ;
• Doter les colis de systèmes d’ouverture faciles et propres, afin de favoriser leur réutilisation ainsi que leur mise à plat ;
• Faciliter la mise à plat des emballages (d’un seul geste) pour favoriser le stockage pour réutilisation, et limiter l’imbrication ;
• Proposer des espaces communs adaptés à la collecte des grands emballages et favorisant la réutilisation.

De ce constat, trois parcours utilisateurs ont été imaginés lors de Fablab et testés par des consommateurs : à savoir, l’enveloppe wrap, le carton languette et l’atelier colis. Des solutions inspirées notamment du catalogue du groupe Raja. C’est par exemple, le cas, de la bande gommée avec bande d’arrachage, 100% recyclée et recyclable. Résistante aux variations de température et d’hygrométrie, la bande est fabriquée à partir d’un papier FSC de 70g et d’une colle végétale à base de fécule de pomme de terre. Le distributeur propose également des pochettes d’expédition matelassées papier ou des caisses à hauteur variable ou télescopiques, qui réduisent le vide dans le colis et facilitent la mise à plat.

Protéger avant tout et faciliter les retours
Texte AlternatifL’enjeu de la chasse au vide s’avère en effet primordial, tant sur le plan environnemental – pour économiser en matériau d’emballage et en empreinte carbone – qu’économique pour optimiser au mieux les chargements des camions sur le plan logistique. Pourtant, le critère numéro un pour le consommateur reste la protection du produit. Selon l’étude menée par Ipsos*, 98% des utilisateurs attendent d’abord que l’emballage protège le produit ; 92%, qu’il utilise la juste quantité de matière et enfin, 89%, qu’il soit recyclable.

Le secteur des boissons et des spiritueux ne réchappe à la règle. Ainsi, à l’aide de sa technologie eSmart, le cartonnier Smurfit Kappa a récemment lancé une nouvelle gamme de solution d'emballages eBottle. Elle intègre une variété de solutions durables pour l’expédition de produits unique et multiple, comme le Rollor, le BiPack et le calage Pop-up. Pour garantir la solidité de ces emballages, chacune des solutions ont passé une série de tests dans un laboratoire certifié ISTA. Le fabricant a d’ailleurs annoncé cet été l’ouverture d’un nouveau laboratoire ISTA dédié aux emballages du e-commerce sur son site de Northampton au Royaume-Uni afin d’accompagner la croissance du marché.

Extrait de la revue n° 660 - Juillet/Août 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support