«Si certains fabricants intègrent depuis plusieurs annĂ©es du verre ou de plastique recyclĂ© dans leurs flacons, c’est par petite touche. Pour Ă©viter de «dĂ©grader» leur rendu esthĂ©tique. Et sans pour autant le mettre en avant auprès de ses consommateurs», explique un verrier sur le dernier salon Luxe Pack Monaco. MĂŞme son de cloche chez g.pivaudran : «nos clients nous rĂ©clament de l’aluminium recyclĂ© dans les pièces de dĂ©coration de leurs flacons, mais sans perdre en qualitĂ© ou en brillance. Ce qui rend la tâche plus rude et longue».

Si le luxe ne faisait pas bon ménager avec les matériaux recyclés, trop éloignés de l’image marketing associé au segment, il semblerait que les lignes commencent enfin à bouger. Ainsi, Chanel a annoncé récemment avoir intégré le verre recyclé SEVA 3 du groupe verrier Pochet dans son emblématique flacon N°5 à l’occasion des 100 ans du parfum. Deux ans de recherche ont été nécessaires pour arriver au résultat escompté, ne faisant aucun compromis quant à la brillance, blancheur et sensorialité du flacon. «Il y a encore cinq ans, ce projet aurait été inimaginable pour une maison comme Chanel. Cela montre à quel point la prise de conscience environnementale est générale et concerne l’ensemble des segments», analyse Isabelle Lallemant, directrice marketing international et innovation chez Pochet.

Un signal fort qui osera libĂ©rer les codes du luxe ? L’on ose espĂ©rer. Le segment tout aussi exigeant des vins et spiritueux n’est pas en reste. A Monaco, le verrier Estal a Ă©tĂ© primĂ© par un Luxe Pack in Green Award pour sa collection Rude, cĂ©lĂ©brant l’imperfection de chaque bouteille composĂ©e de 100% de PCR, tel un nouveau signe distinctif de beautĂ©. Le changement est en marche…

Extrait de la revue n° 661 - Septembre 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support