Texte AlternatifA la suite de tests initiaux, le groupe étudie également le potentiel de ces algues dans la substitution du plastique à usage unique en agissant comme un revêtement barrière pour remplacer les emballages issus du pétrole, utilisés pour protéger les denrées alimentaires. DS Smith est en pourparlers avec plusieurs sociétés dans le domaine des biotechnologies afin d’explorer l'utilisation de fibres d'algues dans une gamme de produits d'emballage tels que les cartons, les emballages en papier et les plateaux en carton. «Parmi les différents matériaux naturels alternatifs que nous étudions de près, l’algue présente de nombreuses possibilités passionnantes et innovantes pour nous aider à créer la prochaine génération de solutions de papier et d'emballage durables», explique Thomas Ferge, Directeur du Développement Papier et Carton chez DS Smith.

Au vu de ses nombreuses fonctions et propriétés, l’algue marine constitue un marché en plein essor dans le secteur des industries manufacturières. L’industrie européenne des algues marines devrait représenter, à elle seule, plus de 9 milliards d’euros d’ici 2030, et générer quelque 115 000 emplois (1). Ce projet entre dans le cadre du nouveau programme de R&D et d’innovation de DS Smith annoncé au mois de mai, et doté d’un investissement de plus de 115 millions d’euros. Les recherches et travaux du cartonnier sur les fibres naturelles alternatives au bois portent également sur d'autres matériaux innovants tels que la paille, le chanvre, le miscanthus et le coton, ainsi que sur des sources plus inhabituelles comme la silphie perfoliée (plante herbacée) ou encore les déchets agricoles comme les coques de cacao ou la bagasse (fibre de pulpe issue du traitement de la canne à sucre).

(1) Seaweed for Europe: Hidden champion of the ocean report (October 2020).

Extrait de la revue n° 661 - Septembre 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support