Texte AlternatifEn effet, dans une note de position, celui-ci rappelle que le compostage diminue la durĂ©e de vie utile de la matière ; les emballages plastiques, carton ou bois ne produisent que peu d’enrichissement du compost produit ; l’épaisseur de l’emballage dit compostable peut provoquer une durĂ©e plus longue de dĂ©gradation, une Ă©tape de broyage est parfois nĂ©cessairepour des Ă©paisseurs plus importantes ; les filières de tri peuvent ĂŞtre perturbĂ©es si un mauvais aiguillage est rĂ©alisĂ© par le consommateur.

Concerné par la fin de vie des emballages, le Conseil rappelle que ce qui est compostable est biodégradable, mais que ce qui est biodégradable n’est pas obligatoirement compostable, selon la norme NF EN 13432. En 2019, le Conseil s’était déjà positionné sur l’allégation «biodégradable», en demandant d’éviter de l’utiliser relativement à l’emballage, car contreproductive par rapport à l’effet recherché. «La part de l’impact environnement de l’emballage au sein du produit emballé ne représente que de 5 à 8% de l’impact total du produit. Les déchets d’emballages ménagers représentent moins de 20% en poids des ordures ménagères», rappelle le CNE.

Extrait de la revue n° 662 - Octobre 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support