Texte AlternatifEn Europe, la France n’est pas le plus gros consommateur de canettes, mais le marchĂ© se porte bien. «On constate une dĂ©saffection des marques pour les emballages en plastique. Certaines rĂ©orientent leur portefeuille. L’aspect protection de la canette joue en sa faveur, notamment pour de nouvelles catĂ©gories de produits : elle offre, en effet, une longue durĂ©e de vie, avec 12 mois de conservation. Par ailleurs, avec la baisse de la consommation hors domicile, l’achat de canettes s’est rĂ©orientĂ© vers la distribution, qui reprĂ©sente 2/3 du marché», analyse Philippe Vanhelst, responsable des ventes France et Italie pour Ardagh. La canette sĂ©duit aussi les marques souhaitant se diffĂ©rencier ou mettre en avant une dimension environnementale. Sur le premier semestre 2021, en GMS (un circuit qui concentre 70% des ventes de boites), le volume de canettes a augmentĂ© de 8% (source IRI - voir encadrĂ© chiffres). «Il est intĂ©ressant de noter que la croissance des boites reste forte malgrĂ© la rĂ©ouverture des restaurants. 20 Ă  25% sont vendues en consommation hors domicile», remarque Sylvain Jungfer, dĂ©lĂ©guĂ© gĂ©nĂ©ral du GIE La BoĂ®te Boisson.

Les coulisses de cette croissance
DiffĂ©rentes raisons expliquent cette tendance de progression : «certains marchĂ©s, sur lesquels la boite est dominante, augmentent naturellement et tirent la demande, comme les boissons Ă©nergisantes. De plus en plus de marques se lancent sur cette catĂ©gorie. Les sodas repartent depuis la pandĂ©mie. On assiste, par ailleurs, au dĂ©veloppement des bières de spĂ©cialitĂ©, qui complètent les bouteilles en verre. Il y a aussi un transfert du plastique vers la boite boisson. Près de 5 milliards de canettes sont vendues en France chaque annĂ©e. Une rĂ©cente Ă©tude menĂ©e par le Cabinet M2SM pour le GIE estime mĂŞme le potentiel du marchĂ© Ă  1 milliard de canettes supplĂ©mentaires vendues d’ici 2025 – dont 700 millions issues de transfert du plastique, 230 millions de boissons Ă©mergentes, et 80 millions de nouvelles boissons en canettes», indique Sylvain Jungfer. Un succès qui impacte les capacitĂ©s de remplissage, et pousse les clients et les fabricants de canettes Ă  investir pour augmenter leurs capacitĂ©s. En France, le marchĂ© de la canette se concentre Ă  70% sur des boissons «soft» et Ă  30% sur les bières. «On constate beaucoup de lancements. La canette est perçue de façon positive Ă  la fois par les consommateurs et les remplisseurs. Aujourd’hui, les gens consomment diffĂ©remment, ils choisissent des boissons moins sucrĂ©es, moins alcoolisĂ©es, et c’est une tendance qui va rester. Les tailles des canettes offrent la possibilitĂ© de tester des produits diffĂ©rents, sans acheter des litres entiers. Les grandes marques ne changent pas d’emballages pour l’instant, et le prix d’une cannette reste Ă©levĂ© par rapport au plastique, mais si elles lancent une nouvelle boisson, elles iront vers la boĂ®te», remarque VĂ©ronique Curulla, directrice du marketing et du dĂ©veloppement commercial chez Crown Bevcan EMEA.

De multiples nouvelles catégories de boissons en canettes
Les eaux – aromatisées ou enrichies, les boissons bio, naturelles, les boissons lactées, végétales, ou encore les hard seltzers arrivent en force, au niveau de l’offre. Les hard seltzers, des eaux pétillantes faiblement alcoolisées, sont très présentes aux Etats-Unis et commencent à percer en Europe.

Extrait de la revue n° 662 - Octobre 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support