Texte AlternatifLe cellophanage, action de fin de ligne qui consiste Ă  emballer un produit unitaire avec un pliage en X par un film transparent composĂ© de polypropylène, est en train de devenir une raretĂ© dans le secteur pharmaceutique. C’est en tout cas l’avis d’Avelino Ribeiro, responsable commercial de Campak France, filiale du fabricant italien : «le procĂ©dĂ© d’inviolabilitĂ© se fait de plus en plus directement sur le produit. Le film plastique n’a plus le vent en poupe et les films biosourcĂ©s et/ou recyclables censĂ©s venir les remplacer sont plus chers. Le rĂ©sultat est que le cellophanage n’est quasiment plus pratiquĂ© en pharmacie. L’étranger fait exception Ă  la règle dans certains cas, car la cellophane permet d’assurer Ă  des Ă©tuis de mĂ©dicaments une Ă©tanchĂ©itĂ© utile lorsque les conditions de conservation sont difficiles avec de la poussière, de la chaleur et de l’humidité».

Cinzia Manfredini, responsable marchĂ©s France/Belgique du fabricant italien Marchesini, confirme : «depuis plus de dix ans, le cellophanage avec film rigide (ex. polypropylène) diminue dans le secteur de la pharmacie. C’est encore plus vrai maintenant avec la mise en place de nouvelles normes europĂ©ennes qui incitent Ă  une utilisation moindre du plastique. Au regard de mon expĂ©rience, ce marchĂ© n’existe quasiment plus en France aujourd’hui, sauf pour des produits particuliers. La preuve de l’intĂ©gritĂ© du produit est remplacĂ©e par une «tamper evidence», rĂ©alisĂ©e par l’application d’une Ă©tiquette ou par le collage des pattes de l’étui».

FrĂ©dĂ©ric Bussemey, dirigeant de la sociĂ©tĂ© Involtec, distributeur des cellophaneuses du groupe britannique Marden Edwards, se montre plus mesurĂ© : «dans le cas de lots uniques, le cellophanage sera peu frĂ©quent sur les boĂ®tes de pilules et gĂ©lules qui sont dĂ©livrĂ©es sur prescription, mais il pourra ĂŞtre pratiquĂ© pour les boĂ®tes de prĂ©servatifs ou les tests de grossesse afin de garantir la pĂ©rennitĂ© du produit et de s’assurer de son authenticitĂ©. En parapharmacie, il servira aussi pour les complĂ©ments alimentaires qui ont un positionnement premium. Et il sera utile encore Ă  l’étranger pour lutter contre les contrefaçons et les mauvaises conditions de conservation, notamment au Maghreb». En cosmĂ©tique, le marchĂ© du cellophanage a Ă©galement tendance Ă  baisser, mĂŞme s’il reste un must dans le haut de gamme. «Ce seront principalement les parfums et les crèmes de luxe. Et le passage aux films recyclables et/ou biosourcĂ©s est problĂ©matique, car ces derniers ne sont pas aussi transparents», indique Cinzia Manfredini. «Un parfum doit ĂŞtre cellophanĂ© avant d’être vendu. C’est une question d’image de marque», ajoute Avelino Ribeiro.

La solution du papier
Texte AlternatifSelon FrĂ©dĂ©ric Bussemey, le maintien du cellophanage Ă  l’avenir passera malgrĂ© tout par le recours Ă  des films recyclables et/ou biosourcĂ©s, mĂŞme si leur prix est actuellement plus Ă©levĂ©. Ce qui pose la question de l’adaptabilitĂ© de la machine : «par rapport Ă  2019, l’investissement dans les machines est reparti. Mais les clients demandent plus de flexibilitĂ© dans l’utilisation de leur cellophaneuse, et notamment sur les types de films qu’il est possible d’utiliser. Le passage Ă  des «films verts», qui a commencĂ© au dĂ©but de l’annĂ©e 2021, marque une importante Ă©volution. Or, leur comportement, lors du pliage, est souvent diffĂ©rent de celui des films plastiques. Leur mĂ©moire de forme est beaucoup plus importante, ce qui vient contrarier le mouvement de fermeture du pli. Les cadences des cellophaneuses sont plus faibles et la productivitĂ© baisse. Pour remonter un peu la productivitĂ©, il a fallu adapter les rĂ©glages utilisateur mais aussi d'usine et augmenter les tempĂ©ratures pour obtenir une bonne soudure. S’il n’est pas nĂ©cessaire de changer une machine qui a 4/5 ans, celle-ci ne sera pas optimisĂ©e et surtout le temps de rĂ©glage, lors des changements de format, sera beaucoup plus long. C’est pourquoi nous avons sorti fin 2020 de nouveaux «setting» usine pour notre nouvelle sĂ©rie de machines automatiques TMX, qui permet ainsi, de traiter indiffĂ©remment des films recyclables/biosourcĂ©s comme plastiques sans que les temps de rĂ©glage ne soient allongĂ©s. Notre nouveau modèle permet aussi de passer Ă  un pliage en X avec du papier. Nous avons de plus en plus de demandes en ce sens, mĂŞme si ce n’est pas encore le cas dans la pharmacie. Il est alors possible de mettre en place un kit d’adaptation papier pour les machines datant de quelques annĂ©es, mais la TMX propose aussi une option 100% papier. Nous sommes le seul constructeur Ă  le proposer». Pour Avelino Ribeiro, «la seule solution pour les cellophaneuses dans la pharmacie est de passer des films plastiques Ă  du papier craft : avec des adaptations, nos machines sont prĂŞtes Ă  accepter ce changement. Une option 100% papier existe d’ailleurs sur notre dernier modèle, qui date de 2019, la RB/RD».

Extrait de la revue n° 662 - Octobre 2021. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support