Texte AlternatifSur le marchĂ© des barquettes alimentaires, les demandes des clients sont – sans surprise – liĂ©es Ă  l’évolution des règlementations sur le recyclage des emballages. QuantitĂ© de barquettes transparentes sont fabriquĂ©es en APET-PE ou en PVC-PE, sans ĂŞtre recyclables – selon la dĂ©finition de recyclabilitĂ© du Cotrep. Les metteurs sur le marchĂ© optent donc pour des alternatives comme le PP (ou PP-EVOH-PP) ou bien – dans le cas de films souples de conditionnement sous vide – pour du PE (ou PE-EVOH-PE, en substitution au PA-PE). Autre alternative explorĂ©e : le mono-APET. Citeo incite Ă  faire Ă©voluer les multi-matĂ©riaux vers des mono-matĂ©riaux, et Ă  passer par exemple de l’APET/PE ou du PVC/PE vers le mono-APET.
Pour rappel, deux options s’offrent aux industriels : acheter une barquette prĂ©formĂ©e, qui sera utilisĂ©e sur operculeuse chez l’industriel conditionnant ses produits ; ou bien investir dans une thermofomeuse, qui fabriquera la barquette chez l’industriel-conditionneur Ă  partir de film rigide en bobine. «Dans ce second cas, la machine de thermoformage demande peu ou pas de modifications pour passer d’un complexe APET-PE Ă  du mono-APET. En revanche, ce changement a un impact sur la fiabilitĂ© de conditionnement de ces barquettes dans le cas de procĂ©dĂ© sous atmosphère modifiĂ©e. En effet, la fiabilitĂ© des soudures n’est pas la mĂŞme, la rĂ©sistance de la soudure Ă  la dĂ©formation est plus faible. Le PE apporte de la souplesse et tolère plus de contamination par des corps Ă©trangers (graisse, amidon, saumures, etc..) dans les zones de soudure. En mono-APET, les bords de soudure doivent ĂŞtre nets et sans contamination, ce qui induit une vigilance accrue au moment du dosage ou de la dĂ©pose du produit dans l’alvĂ©ole. Ceci est amplifiĂ© lorsque l’opercule est pelable par rupture de couche. Celle-ci est sensible aux contraintes mĂ©caniques : si la couche est cassĂ©e par une dĂ©formation de la barquette – lors du transport par exemple – cela peut gĂ©nĂ©rer une micro-fuite, et avoir une incidence sur la conservation du produit. Ce changement de matĂ©riau pose donc des contraintes», rĂ©sume Emmanuel Dequatre, responsable films et consommables pour Multivac, fabricant de machines (operculage, thermoformage…) et fournisseur de films. Il ajoute que beaucoup d’industriels rĂ©flĂ©chissent Ă  basculer sur l’achat de barquettes dĂ©jĂ  thermoformĂ©es, au lieu de les thermoformer eux-mĂŞmes. Cette rĂ©flexion est liĂ©e au coĂ»t d’investissement ou Ă  la flexibilitĂ© (la possibilitĂ© d’utiliser diffĂ©rents matĂ©riaux, notamment), mais cela signifie des espaces de stockage et des coĂ»ts de transport plus consĂ©quents.

Extension des consignes de tri = des gisements supplémentaires
L’expert de Multivac constate des demandes accrues pour «essayer le PP ou PP-EVOH-PP. Le PP s’intègre dans l’une des filières de recyclage existantes, contrairement aux barquettes PET operculées qui n’en ont pas actuellement», suppose-t-il. Mais cela implique que les industriels rééquipent leurs machines, voire dans certains cas investissent dans un nouvel équipement, car les PP se comportent différemment au niveau du formage du matériau. En outre, le PP n’offre pas la même transparence que le PE. Signe des temps, le groupe Europlastiques vient de lancer la gamme re-PPlay en PP 100% issu du recyclage chimique mass balanced (dit recyclage «avancé») avec trois références standards, dont une barquette en 700 ml. Une offre dernièrement étoffée par un bol transparent operculable et personnalisable par IML en format 180 ml pour produits tartinables, houmous, tzaziki, rillettes et l’ultra frais.

Extrait de la revue n° 665 - Février 2022. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support