Texte AlternatifLa tendance aux formules solides se confirme. La dynamique bĂ©nĂ©ficie au format stick, avec des demandes accrues pour des produits visage et corps. De nombreuses marques se lancent sur ce crĂ©neau, ajoutant un stick Ă  leurs gammes : des masques par exemple (Klorane, La RosĂ©e, Sephora Collection), des nettoyants visage (Merci Handy, ou Diadermine avec son exfoliant visage), des hydratants (Kiko, ou Milk Makeup avec l’huile hydratante visage et corps), des soins divers (gomme Pore-Less de Clarins, sĂ©rum en bâton de Tatcha), des produits de maquillage comme du countouring (Kiko, Sephora Collection) ou du fond de teint (Milk Makeup). Outre les classiques dĂ©odorants ou sticks solaires, ce packaging gagne donc du terrain avec des propositions inĂ©dites – notamment chez les marques indĂ©pendantes, ou dans des pays comme les Etats-Unis, oĂą ce format est très apprĂ©ciĂ©.

Texte AlternatifPour rĂ©pondre Ă  cette nouvelle tendance, les fournisseurs adaptent leur gamme. Le groupe AlbĂ©a a, par exemple, lancĂ© de nouvelles contenances de stick adaptĂ©es aux soins du corps. «Les marques fourmillent d’envie, mais les demandes ou les idĂ©es sont encore peu prĂ©cises : il s’agit d’inventer une nouvelle gestuelle ou une nouvelle utilisation pour un produit. Cela permet de retrouver une dynamique de co-dĂ©veloppement avec nos clients», constate Bertrand de La Tour d’Artaise, vice-prĂ©sident marketing &, innovation AlbĂ©a Cosmetics & Fragrance. Givenchy a ainsi lancĂ© des parfums en stick, ce qui reprĂ©sente un grand travail de R&D pour la marque afin d’adapter la formule au pack. «Parfois, il est nĂ©cessaire d’amĂ©liorer l’étanchĂ©itĂ© des sticks, en travaillant sur un mĂ©canisme airtight par exemple, ou en rajoutant des nervures sur la base pour renforcer son adhĂ©rence avec le capot afin d’éviter les bulles d’air», ajoute-t-il.

Texte AlternatifDe premières tentatives poussées par les déos
Sur la catégorie des déodorants, la demande pour des emballages mono-matériaux est grande – les formules évoluant aussi vers plus de naturalité. Le format déodorant a peu changé et les marques sont en recherche d’innovation. Il existe, par exemple, quelques déodorants rechargeables sur le marché, principalement proposés par des marques indépendantes (900care, Respire, We are Wild). La marque Dove (groupe Unilever) a elle aussi conçu un déodorant rechargeable, pour l’instant uniquement disponible aux Etats-Unis. L’emballage, qui inclut une base en acier, est garanti à vie. Les recharges sont conditionnées dans du papier. C’est un rare exemple, très peu de grandes marques se positionnant sur ce créneau. «Je pense que c’est dû aux contraintes techniques et d’industrialisation. Il faut adapter les lignes de production, et trouver la bonne équation économique», analyse Bertrand de La Tour d’Artaise.

Extrait de la revue n° 667 - Avril 2022. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support