Texte AlternatifPlutôt soutenue en règle générale, l’innovation produit apparaît quelque peu ralentie depuis un moment dans le domaine des thermoformeuses. «À l’heure actuelle, le souci pour nos clients n’est plus tant de trouver des équipements performants que de déterminer ce dont ils auront vraiment besoin à l’avenir en fonction de leurs choix en termes de matériaux d’emballage», constate Yannick Le Denmat, directeur commercial de Multivac France. En d’autres termes, si les industriels de l’agroalimentaire ont à leur disposition une offre technologique suffisamment diversifiée aujourd’hui pour répondre à la plupart des problématiques de packaging, ils sont en revanche confrontés à des incertitudes stratégiques qui contrarient la définition technique de leurs équipements. L’absence de perspectives claires en ce qui concerne les différentes filières de recyclage, les tensions sur le marché des matières plastiques, l’évolution défavorable du prix du carton, les changements réglementaires…, tout cela génère de l’attentisme chez les acheteurs lorsqu’ils envisagent de renouveler leurs parcs. D’où, par ricochet, une certaine temporisation du côté des fournisseurs.

Électrification progressive
«Nous sommes toujours en phase de lancement de la gamme RX, nos thermoformeuses 4.0introduites en 2020», indique ainsi le directeur commercial de Multivac France. Des machines polyvalentes par nature mais qu’il faut bien configurer à un moment donné pour en fixer les capacités fonctionnelles (matériaux et épaisseurs compatibles, types de découpes, etc.) C’est pourquoi, en amont de la vente, Multivac s’efforce de conseiller et d’accompagner chaque client dans l’élaboration de sa feuille de route.

«Cet accompagnement fait partie intégrante de la prestation. Dans ce cadre, nous pouvons travailler, par exemple, sur la diminution des coûts de production par réduction de l’épaisseur des barquettes avec des solutions telles que l’assistance mécanique (action d’un piston dans chaque alvéole) ou le formage par explosion (introduction d’air comprimé)».
S’agissant des coûts toujours, le grand sujet de discussion du moment concerne le degré d’électrification des machines. «Le passage du pneumatique à l’électrique abaisse la consommation d’énergie des machines, ce qui est économique à l’usage mais alourdit l’investissement initial. Cette mutation, quoique largement entamée, est donc progressive et ne concerne pas encore toutes les fonctions», souligne Yannick Le Denmat.

Extrait de la revue n° 667 - Avril 2022. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support