Texte Alternatif

Les différentes réglementations relatives à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire encouragent le recyclage et la réutilisation des matériaux pour les mêmes usages et finalités, dont l’emballage alimentaire. Mais l’utilisation de matières recyclées pour cet usage se heurte à de très nombreuses difficultés techniques liées à l’évaluation et la gestion des risques sanitaires associés à la contamination potentielle.

Déjà impliqués dans des projets communs de recherche sur ces thématiques (tels que l’Unité Mixte Technologique Actia SafeMat et le Réseau Mixte Technologique Actia ProPack Food), le LNE, INRAE, IPC et le CTCPA formalisent leur collaboration par un accord-cadre pour une durée de cinq ans. Objectif : apporter une réponse aux évolutions rapides des demandes sociétales inscrites dans la loi sur les risques sanitaires des matériaux recyclés.

Cette collaboration permet de constituer un partenariat multidisciplinaire représentatif des acteurs de la filière emballage alimentaire, capable de mobiliser les connaissances et expertises au meilleur niveau pour appréhender les multiples conséquences (technologiques, sanitaires, économiques) de la généralisation des matériaux recyclés pour l’emballage alimentaire.

Plusieurs études seront ainsi conduites pour évaluer :

• les performances de barrières fonctionnelles ou de procédés de décontamination ;
• les risques associés à certains usages des matériaux recyclés (mise en forme, conditions d’utilisation par l’industrie agroalimentaire et les consommateurs) ou à leur gestion (origine, gisement, vieillissement, traçabilité) ;
• la compatibilité des matières recyclées (seules ou en combinaison) avec l’aliment et son procédé de transformation.

De ce partenariat découlera la mise à disposition de méthodes pour évaluer la sécurité des matériaux recyclés. Il favorisera l’émergence de protocoles et de matériaux de référence pour accompagner l’industrie (chimie, plasturgie, agroalimentaire, distributeurs, restauration collective, collecteurs de déchets et recycleurs) vers sa transition pour une économie circulaire et une réduction des déchets.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support