N° 668 - Packaging - La parole à…


 



Gilles Dennler, Directeur de la Recherche, IPC

 

IPC : quels accompagnements pour les fabricants d’emballage ?
Depuis sa création il y a maintenant six ans, le Centre Technique Industriel de la Plasturgie et des Composites (IPC) défend une plasturgie éthique, responsable, et respectueuse de l’environnement. A l’instar des autres Centres Techniques Industriels (CTI) français, IPC évolue sous la tutelle de la Direction Générale des Entreprises (DGE) et du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF). Sa mission d’intérêt général consiste à défendre la compétitivité des entreprises françaises de son secteur d’activité par des actions de recherche, de développement, et d’innovation. IPC compte aujourd’hui 160 collaborateurs répartis sur cinq sites différents pour un chiffre d’affaires dépassant les 15 M€.

 

Les emballages alimentaires, ménagers, industriels et professionnels en plastique sont au cœur des préoccupations d’IPC. Son site de Saint-Beauzire (63) est entièrement dédié à l’écoconception d’emballages, au contrôle de leur innocuité (tests de migration globale et migration spécifique, simulations de migration, interactions contenant-contenu) et à l’évaluation de l’aptitude à la biodégradation (en cours d’accréditation TÜV Austria « OK Biodégradation Marine », « OK Compost Industrial » et « Home »). Mais au-delà de ces activités historiques, IPC a récemment engagé des actions spécifiques pour répondre aux nouvelles exigences règlementaires imposées par l’Europe et la France (ex. loi Anti Gaspillage pour une Economie Circulaire, dit AGEC). Ces actions sont regroupées au sein d’un projet structurant appelé Cité3R, dont voici quelques exemples :

 

• Une ligne de test de recyclabilité des emballages
C’est en collaboration avec le Comité Technique pour le Recyclage des Emballages Plastiques (Cotrep) qu’IPC a construit une ligne pilote dédiée à l’évaluation de la recyclabilité des emballages plastiques souples. Cette ligne, localisée à Oyonnax (01) et cofinancée par la Région AuRA dans le cadre du projet DIS30, reprend à l’échelle de la centaine de kilo/heure, tous les procédés industriels employés chez les recycleurs (broyage, lavage, séchage, flottaison, densification, régénération). Unique en Europe, cette combinaison d’équipements est utilisée par le Cotrep pour émettre ses avis techniques. Initialement dédiée aux emballages souples, elle a récemment été adaptée pour pouvoir également tester les emballages rigides. Elle bénéficie aujourd’hui des accrédidations RecyClass « HDPE Rigids » et « PP Rigids ». Précisons enfin qu’elle vient d’être enrichie d’une machine de tri optique de dernière génération (Pellenc ST Mistral+) intégrée dans un système de convoyage en boucle fermée, afin de permettre aux industriels de l’emballage de tester la triabilité de leurs produits.

 

• Une certification d’intégration de plastique recyclé
L’intégration de Matières Plastiques Recyclées (MPR) est devenue un sujet majeur en plasturgie. L’emballage alimentaire est d’ailleurs le premier secteur à connaitre une obligation d’intégration, dans le cadre spécifique des bouteilles en PET (25% de MPR d’ici 2025). Il devenait donc urgent de créer une certification indépendante prouvant l’intégration de MPR à un taux spécifique dans un objet. IPC, en collaboration avec Polyvia, s’est emparé de la problématique au courant de l’année 2021, en sollicitant le Laboratoire National d’Essai (LNE) pour rédiger un référentiel de certification. Ce texte a été coconstruit avec toutes les parties prenantes de la profession. Cette certification est aujourd’hui opérationnelle et conduite par le LNE, fort de son expérience et de ces accréditations ISO 17065 et ISO 17021, en interaction étroite avec IPC.

 

• Un outil simplifié d’Analyse de Cycle de Vie (ACV)
Les ACV, indicatrices des impacts environnementaux d’un produit, font l’objet d’une attention croissante, notamment dans la relation client-fournisseur. Afin de permettre aux industriels de la plasturgie de réaliser eux-mêmes des ACV, IPC a développé avec l’aide d’un cabinet spécialisé (Evea) un outil simplifié nommé C3R’Impact. Cette solution, basée sur le logiciel Simapro et la base de donnée Ecoinvent, permet à tous les non spécialistes de produire des ACV précises basées sur les informations techniques (spécification produits et productions) entrées par l’utilisateur. Cet outil est tout spécialement adapté au secteur de l’emballage, grâce aux données métier, transférées par le syndicat professionnel Elipso à IPC (base Elipack).